AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: Et si nous imitions les roses en restant fermés à la moindre prose? || Lydvine Mar 15 Sep - 19:53
Invité
550 de large
Lydvine Dorn
100x100PROMENONS-NOUS
100x100DANS LES BOIS
100x100PENDANT QUE LE TITAN N'Y EST PAS

     
Informations

    Prénoms et Nom: Lydvine Dorn
     Âge: 10 ans
     Date et lieu de naissance: Lieu effacé de sa mémoire, un 15 juillet.
     Sexe: Petite fille
     Groupe: Titan Shifters & Civils(mais elle ne le sait paaaaas)
     Métier (grade si militaire): Une petite emmerdeuse qui traîne dans vos pattes. Fille adoptive des boulanger de Trost.
     Famille: Adda Löw - Mère {Oubliée} || Père {Oublié} : Mort. C'était lui, celui qui vit le titan blindé pour la première fois. Il n'y survécut pas. || Rosalinde Löw - Soeur ainée {Oubliée} || Eddart Löw - Oncle {Oublié} || Karlsen Dorn - Frère ainé adoptif || Monsieur & Madame Dorn : Parents adoptifs || Doomer : Chien guide d'aveugle

Pas d'armes, à par sa chiantise profonde. Titan shifter qui s'ignore.



     
Histoire

Sa respiration était intense, agitée. Ses jambes tremblaient bien plus que raison. Quoi que. Ses os lui paraissaient glacés de l’intérieur. Elle avait peur. Elle avait froid. Elle était trempée. Mais elle ne lâchait pas cette main. C’était son échappatoire, son eldorado, sa promesse d’avenir moins sombre. Mais il n’y avait que l’aube pour lever le voile sur cette obscurité, apparemment.


   « Je… J’arrive plus à courir !
   -Si tu veux vivre, tu courras. »


C’est le dernier instant qui lui reste en mémoire, avec cette silhouette qui lui tient fermement le poignet. Pourquoi se précipite-t-elle ainsi vers une destination aléatoire ? Elle ne sait pas. Elle ne sait plus. Mais ses yeux lui indiquent qu’ils ne resteront plus longtemps ouverts. Elle est épuisée. Elle n’a plus aucune force dans le corps. Malgré tout, on la contraint à toujours avancer, sans se retourner. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Elle a bien une vague idée, mais au final, ça ne l’intéresse pas de savoir. Car elle est terrifiée. Elle le sent jusque dans ses entrailles. Son estomac lui fait mal. Il se contorsionne, ce qui est bien loin d’être agréable.

Mais cette dextre, puissante et si imposante par rapport à la sienne, ne la lâche pas.

Elle se sent presque en sécurité. La chaleur de cette paume parvient à l’apaiser quelque peu, même si des larmes roulent sur ses joues, sous l’effet du stress ressentit. C’est inhumain. C’est horrible. C’est affreux. Un tel bourgeon, encore fermé aux connaissances de la vie, ne devrait pas avoir à endurer tout ça.

Sauf qu’elle n’a pas le choix. C’est ça ou rien. C’est ça ou plus rien. Au fond, elle le sait bien, mais elle ne veut pas de réponse. Elle n’a pas posé de question, c’est qu’il y a bien une raison. Elle n’en posera pas. Elle n’a pas envie. Son souffle se rompt alors.
Sa vue se trouble et l’obscurité vient la bercer. L’ultime image qui lui reste en mémoire est ce dos, marqué d’un étrange sigle.

Elle n’en sait pas plus. Elle n’en saura pas plus. Il y a bien de vagues cris en fond sonore, mais ils paraissent si loin qu’elle ne lutte pas pour les entendre de manière plus audible et se laisse happer par Morphée. Le traitre Morphée. Il l’enserre de force dans ses chaînes dont on ne se défait pas. Dont on ne se défait plus.
Lorsqu’elle ouvre les yeux de nouveau, elle est surprise par la noirceur qu’elle perçoit.

Elle se redresse mais ne voit toujours rien. Pourtant, elle se sent étrangement bien, comme protégée. Une voix se fait alors entendre. On lui demande comment elle se sent, elle répond tout naturellement, comme elle a l’habitude de le faire depuis toujours.

Non, elle ne se sent pas mal, ses muscles sont d’ailleurs en proie à une douce sensation de bien-être. On l’informe alors qu’elle a reçu un éclat de métal à la tête, qui a ricoché contre sa boîte crânienne mais qui l’a assommé aussi, par la même occasion. Elle ne relève pas. De toute façon, elle ne comprend pas tout. Elle tente d’abord de s’habituer à sa condition actuelle. Ce n’est pas facile, mais c’est drôle, dans un sens. Avant, elle s’ennuyait tout le temps. Maintenant, elle sait comment s’occuper. Découvrir, sinon redécouvrir son monde avec ses autres sens que la vue. C’est exaltant.

On lui demande son nom. Elle répond Lydvine. C’est la seule chose dont elle se souvienne. Enfin, c’est la seule chose dont elle croit se souvenir. Quand on l’interroge sur son vécu, elle n’est pas capable de donner des précisions utiles. Tout au plus si elle sait ce qui s’est passé jusque-là, dans son enfance.

En revanche, on est étonné de sa lucidité quant aux Titans. Elle ne donne pas l’impression d’en avoir peur. Elle sait qu’ils existent. Elle sait qu’ils sont dangereux. Elle sait qu’ils pourraient la dévorer d’un seul coup de dents. Mais rien de plus. Présentement, elle semble plus fascinée par le bandage épais qui lui entoure la tête qu’autre chose. On a dû lui couper les cheveux pour la soigner. Elle n’a presque plus rien sur le sommet du crâne. Mais elle ne fait pas de crise, comme d’autres petites filles de son âge auraient sans doute été amenées à le faire. En fin de compte, on ne sait que peu de choses sur elle et ça à l’air d’être réciproque. Ceci renforce l’aura de mystère qui entoure cette enfant. D’où peut-elle bien venir ? Elle se trouve bien incapable de le dire. Mais ça ne parait pas la terrifier.

La seule chose qui lui revient et qu’elle parait tout enthousiaste de dévoiler, c’est sa dernière vision, son dernier souvenir. Un manteau avec un sigle bizarre cousu dessus. On sursaute. On reconnait ce symbole rien qu’à la description succincte qu’elle en fait. Et on sait ce que ça veut dire. Alors on tremble, mais on ne dit rien. Comme d’habitude.

La gamine s’amuse au fil des jours, toute fière d’arriver à identifier un objet sans le voir du tout. On l’encourage, parce qu’il faut bien.

Les semaines passent, puis les mois. Ses cheveux repoussent et sa plaie guérit bien. Mais le médecin n’arrive pas à expliquer pourquoi sa vue ne s’est pas reconstruite avec les soins délivrés. Normalement, elle aurait dû recouvrer l’entièreté de son sens oculaire. Mais non. Quand on la questionne, elle voit très flou. C’est imprécis. Elle distingue vaguement des formes, mais n’est pas capable d’y coller une identité propre.

Finalement, après plusieurs tentatives infructueuses, on baisse les bras. A la place, on lui donne un bonbon et on lui apporte une espèce de grosse bestiole. C’est moche, ça bave, c’est plein de poils et ça pue, mais ça peut être utile. Un bon gros toutou bien imposant. Inutile contre les titans, mais peut-être peut-il servir à l’enfant dont on a du mal a bien cerner le caractère. D’ailleurs, immédiatement après les présentement faite, elle cajole son nouvel ami, qu’elle baptise Doomer. Parce que ça sonne bien, selon elle. Elle sourit. Elle ne voit pas grand-chose, mais elle sourit. Alors on sourit aussi, devant tant de candeur. On l'aide à dresser son clébard, aussi, parce qu’au départ, il ne fut pas très docile. Maintenant ça va mieux, mais il a fallu y mettre, de l’énergie, pour parvenir à un tel résultat.

Le Doc’ lui a donné une paire de lunettes. Ça ne lui ai pas des masses utile, mais au moins comme ça, ses yeux se repose un peu et évite de s’abimer davantage lorsqu’ils sont ouvert trop longtemps. Elle doit les mettre sur le bout de son nez quand elle sent que ses agapes la piquent un peu. Ah, oui, ses trucs là, parlons-en. Lorsqu’on lui a demandé de quelle couleur ils étaient, ses yeux, elle a répondu « brun ». Sauf que maintenant, c’est rouge, comme le sang. Non, enfaite, c’est du sang. Du foutu sang qui a envahi ses iris et qui peut être l’une des cause de sa demi-cécité.  Le médecin est incapable de se prononcer. Mais il lui souhaite un bon rétablissement, en tout cas. Car oui, il est persuadé qu’elle peut guérir ; que, si ça se trouve, c’est juste psychologique et qu’un puissant choc lui fera retrouver son sens de la vue. Il faut juste prier pour que ça arrive un jour. Ou pas.

Parce qu’au moins, dans cet état, on sait à peu près où elle est, tout le temps. Elle ne risque pas de faire le fil de l’air et de se barrer sans rien dire à personne. Quoi que. Seigneur Dieu, être presque aveugle n’a pas éteint sa flamme d’enfant. Bonne humeur et rire sont au rendez-vous. On voudrait lui crier dessus mais on n’y arrive pas. Parce qu’elle donne un peu d’espoir, sans même le savoir, à tous ceux qui partent affronter le danger. C’est comme ça.

Finalement, c’est la femme du boulanger qui se dévoue pour l’accueillir chez elle et lui donner un semblant de famille. Parce que ça non plus, elle n’a pas été capable de le dire. Des parents ? Pas de souvenirs, non. On suppose que ce n’est plus le cas. Eux aussi, ils ont du se faire bouffer par les titans. Ça arrive fréquemment, et le nombre d’orphelins ne désemplit jamais. C’est lassant. Mais au moins pour elle, on arrive à être satisfait. Elle mérite d’avoir une mère qui l’aime, après tout.

Et maintenant ? Je ne sais pas. Et si vous alliez la voir, Invité ?




Personnage

     
100x100

Pseudo:

Cardinal Red
     

Âge:

24 ans
     

Le personnage de votre avatar: Ib - IB

Répondre
100x100

Un mot à propos de vous?

MMOUAH
100x100

Comment avez-vous trouvé le forum?

En voguant sur le web
   

Quelque chose à dire à propos du forum?  

Je ne suis pas bien fan des catégories & de la fiche de présentation un poil anarchique >.<"  Egalement, un bottin des avatars me semble un peu essentiel pour s'y retrouver xD
     

Code du règlement:

Levi a mangé le code.
Physique
Lydvine ? Oh, bien sûr qu’elle a de jolis yeux, même s'ils ne lui servent pas à grand-chose maintenant. Depuis quelques temps maintenant, ils ont virés au rouge, à cause d’un choc à la tête. Depuis, elle est presque aveugle et il lui faut porter des lunettes, non pas pour mieux voir –c’aurait été trop beau- mais pour soulager le peu de vue qu’il lui reste. Lydvine, c’est un petit parasite que l’on ne peut se résoudre à abandonner malgré tout.

Même si sa seule utilité concrète serait, ne vous voilons pas la face, d’occuper les titans durant une ou deux bouchées maximum, le temps de se replier stratégiquement. Et rien de plus.

Lydvine ? Oh, bien sûr qu’elle a de jolis cheveux. Ils sont longs et très doux, on dirait de la soie. De couleur argile, ils ne présentent jamais de nœuds dans leur interne car malgré son handicap, elle en prends grand soin et se brosse très régulièrement ce qui lui sert de tignasse. Ça ne sert à rien, nous en conviendrons. Mais au moins comme ça, elle se sent presque utile. Pour elle. Pour lui. Pour tous les autres qui n’ont pas que ça à faire de s’occuper d’elle. Lorsqu’elle coiffe sa chevelure, elle n’embête personne. Et mine de rien, c’est un phénoménal gain de temps. Même si on ne dirait pas comme ça.

Lydvine ? Oh, bien sûr qu’elle est tout petite. Elle est même insignifiante. Même pour son âge, elle est petite. Elle mesure à peine un mètre vingt-neuf. Et puis elle ne possède aucune prestance. Trente kilos toute mouillée, voilà tout. Une valise, en somme. Oui, voilà, Lydvine, elle est aussi encombrante qu’un bagage blindé. On peut la coller dans un coin, elle n’en bougera pas. Parce qu’elle a peur. Vous pensiez quoi ? Qu’elle était obéissante ? Ah. Ah. Ah. La bonne blague. Lydvine et la docilité, c’était une grande histoire de mésentente cordiale. Mais bon, ça a peut-être changé depuis. J’en sais rien et j’m’en fous. A vous de le découvrir, c’est pas moi qui gère cette gosse.

Lydvine ? Oh, bien sûr qu’elle a un beau visage. Tout en rondeurs caractéristiques de l’enfance. Des joues charnues et de grands orbes cramoisis qui pourraient paraitre curieux s’ils n’étaient pas si étranges. Et puis malgré tout, elle a un joli sourire, Lydvine.

Lorsqu’elle n’ouvre pas la bouche et ne tente pas de faire l’héroïne – chose qu’elle ne sera probablement jamais soi dit en passant – elle peut vous remonter le moral rien qu’en étirant ses lèvres. Et puis Lydvine, on a du mal à lui refuser quelque chose. Parce que c’est une petite fille et qu’il lui arrive d’être fourbe lorsqu’elle n’est pas occupée à être totalement désemparée par les évènements.
Lydvine ? Oh, bien sûr qu’elle a le corps couvert de cicatrices.

Mais ça, c’est récent. Et encore à l’heure actuelle, il n’est pas rare de la voir tous les jours avec un pansement neuf. C’est parce que Lydvine, elle est bête et qu’elle pense être une grande fille, une adulte, une personne qui peut gérer et comprendre des problèmes là dépassant. Sauf que non, Lydvine reste une sale môme qui veut tout faire comme tout le monde. Et fatalement, elle se casse souvent la gueule bêtement. Sur les pavés. Dans les souches de bois. Dans la boue. Bref. Un peu partout, en somme.

Du coup elle se blesse, même si elle ne pleure pas. Non, Lydvine, elle ne peut plus pleurer. Elle peut juste faire genre. Parce que depuis qu’elle ne voit plus rien, elle ne sait plus comment on fait pour sangloter. Donc elle imite, mais c’est tout. Ça s’arrête là. En plus elle tire une tête chelou lorsqu’elle essai.

Lydvine ? Oh, bien sûr qu’elle est mignonne. Surtout quand elle essaie de s’habiller toute seule. Vu qu’elle ne distingue plus très bien le monde qui l’entoure, lorsque mademoiselle met le nez dans le peu de fringues qui lui appartiennent, c’est carnaval. Là vous pourrez bien rire, parce qu’il y aura de quoi. Mais elle n’y prêtera pas attention, bien trop contente d’avoir suscité l’hilarité. Parce que ça change des cris et des larmes qu’elle connait si bien maintenant.

Au fond, Lydvine, c’est juste une enfant. Rien d’illogique là-dedans.
Psychologie
.... ▬ Elle baille, elle sourit, elle pleure –enfin elle essai -, elle cri, elle rit, elle dessine, elle vit. Lydvine est un cachet de vitamine C. Une fois qu’elle pose le grappin sur vous, si elle est en forme, préparez-vous à devoir soit répondre à un milliard de questions toutes plus louches les unes que les autres – curiosité enfantine malsaine oblige -, soit vous éreinter à faire mumuse avec elle et son chien – location avec option d’achat non disponible, je préfère le dire d’office-, soit parler de tout et de rien. Si aucun de ces trois cas ne vous arrive, ou bien vous êtes tombé sur elle quand elle était fatiguée ou bien vous avez une chance de cocu. Et dans le deuxième cas, je vous hais de toute l’âme que je n’ai pas. Mais passons, on n’est pas là pour blablater sur la voix off que je suis, après tout.
Pour faire simple, sa grande qualité est sa jovialité quasi-constante et son défaut, qu'elle ne sait pas s'arrêter, justement.
▬ Lydvine c’est une mini-groupie. Simple, pour vous faire une image, vous prenez une fan d'expéditions dangereuses en tout genre -non, je ne vise personne!-, vous la rapetissez de quarante bons centimètres et vous avez presque une vision de Lydvine devant un personnage de bataille. L’évanouissement en moins, cela dit.  Ils sont tous ses héros. Hommes, comme femmes. Elle donnerait chez pour pouvoir leur être utile au moins un peu. Mais ça, c’est pas gagné.
▬ Lydvine est mignonne, Lydvine est gentille, Lydvine est serviable malgré son handicap, Lydvine est …

Bref. Vous l’aurez sans doute compris – pour ceux pour qui ce ne serait pas le cas, pas de panique je vais justement étaler la vérité sous vos yeux – la fillette est très bonne comédienne. Elle peut faire tout et n’importe quoi pour qu’on lui cède un caprice ou qu’on les envoie des fleurs. N’oublions pas que ce n’est qu’une enfant, après tout. Les subtilités de la vie et les apprentissages de cette dernière, elle n’en sait presque rien. Elle ne fait qu’en effleurer encore la surface. La mort, la noirceur, le désespoir, c’est encore loin, pour elle.
▬ La peur des Titans ? Elle ne s'en souvient plus. Effectivement, avant son accident, elle avait déjà vu des Titans, et elle en avait très peur, comme le veut la logique. Mais maintenant, elle n'en conserve plus de souvenirs exacts. Donc elle sait qu'ils existent, mais elle ne semble pas terrifiée pour autant. Mais attendez de voir le jour ou elle va en croiser un, pour voir ... ah ah.
▬ Elle a peur d’avoir peur. Phobophobe jusqu’au bout des ongles, elle essai de contenir ça du mieux qu’elle le peut. Mais ce n’est qu’une gamine, alors ça ne marche jamais. Ou quasiment pas. Pas suffisamment, du moins, pour qu’on puisse croire à son mensonge lorsqu’elle croise les doigts dans son dos tout en disant « Non, ça va, je vais bien. » Petite fouine menteuse va.


© Narja - Never-Utopia
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Et si nous imitions les roses en restant fermés à la moindre prose? || Lydvine Mar 15 Sep - 19:57
Arunja Khan
Tiens on se connait ! Sinon bienvenue sur le forum !

_______________________________

I kill you in #009900
Merci à Cecilia pour son fantastique boulot !:
 
avatar
Féminin Messages : 142
Age : 22
Localisation : Dans une taverne à se saouler comme un porc
Métier : Mendiant
Humeur : A soif !

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 6 965
Informations:
Mercenaire alcoolique
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si nous imitions les roses en restant fermés à la moindre prose? || Lydvine Mar 15 Sep - 20:00
Invité
En effet! :D
Je crois qu'on a eut le même réflexe, pour la survie de nos choupinous personnages/pan

Merciii <3
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Et si nous imitions les roses en restant fermés à la moindre prose? || Lydvine Mar 15 Sep - 20:01
Arunja Khan
Exact en tout cas ravie de te retrouver ! Espérant te recroiser en RP.

_______________________________

I kill you in #009900
Merci à Cecilia pour son fantastique boulot !:
 
avatar
Féminin Messages : 142
Age : 22
Localisation : Dans une taverne à se saouler comme un porc
Métier : Mendiant
Humeur : A soif !

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 6 965
Informations:
Mercenaire alcoolique
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si nous imitions les roses en restant fermés à la moindre prose? || Lydvine Mar 15 Sep - 20:52
Invité
Idem! :D

Edit : fiche finito ♥
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Et si nous imitions les roses en restant fermés à la moindre prose? || Lydvine Mar 15 Sep - 21:14
Levi Ackerman



Félicitations et bienvenue, Lydivine !
Tu as complété ta fiche personnage avec brio! Te voici prête à aller jouer dans l'univers de l'Attaque des Titans. Tu as été ajouté au groupe des Civils et des Titans Shifters. Tu peux également chercher des relations en créant ta fiche de liens ici, demander un logement dans cette section et tenir à jour ton carnet de bord en créant un sujet ici!

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter tes administrateurs et modérateurs chéris que sont Emilio, Levi, et Reiner.

© Narja - Never-Utopia

_______________________________

Couleur RP : #006666



Cadeaux. Merchi. ♥ :
 
avatar
Féminin Messages : 419
Age : 18
Localisation : Au QG du Bataillon.
Métier : Caporal-chef et chef de l’escouade d’opération spéciale.
Humeur : Stoïque.

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 6110
Informations:
Caporal-chef
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si nous imitions les roses en restant fermés à la moindre prose? || Lydvine
Contenu sponsorisé
Et si nous imitions les roses en restant fermés à la moindre prose? || Lydvine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et si nous imitions les roses en restant fermés à la moindre prose? || Lydvine
» [Collection] Nous deux
» Fabriquer ses roses en papier
» Pouvons nous faire remonter le Titanic des eaux ?
» NOUVELLE TECHNIQUE POUR FAIRE DES ROSES SPLENDIDES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan - Shingeki no Kyojin :: Fiches abandonnées-
Sauter vers: