AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: La lune rêveuse, et une petite fugueuse Mar 27 Oct - 21:28
Cécilia Sarivan


La lune rêveuse, et une petite fugueuse


avec Lutecia Watergate




« - Idiot qui ne comprend pas
la légende qui comme ça,
dit qu'une gitane
implora la lune, jusqu'au lever du jour...
Pleurant, elle demandait
un gitan qui voudrait l'épouser par amour... »

Ce chant, doux et mélodieux, adressé à la lune, pâle et ronde, qui éclairait d'une lumière douce les horizons, provenait d'un petit bois de la campagne, dans l'enceinte du mur Rose. L'écho, dans le silence de la nuit, résonnait entre les arbres, jusqu'à leur cimes, pour atteindre le ciel, et l'astre argenté qui y régnait.
Et cet astre, en retour, laissait sa lumière passer à travers le feuillage de la végétation, pour venir se refléter dans les yeux nacrés d'une jeune fille aux longs cheveux roux et frisés, qui, sous le manteau de feuillage et de lumière, continuait de chantonner ses paroles adressés à la seule source de lumière dans la pénombre environnante.
La nuit était déjà bien avancée. Les rares maisonnettes ne laissaient paraître aucune trace de vie éveillée.
Comme toujours...
Ce n'était pas la première fois que Cécilia allait se promener seule dans la campagne au beau milieu de la nuit. Bien loin de là, même. Elle avait la chance d'être de ces personnes qui ont moins besoin de dormir que de prendre l'air. Et elle ne se promenait jamais les mains vides. Un jour elle avait son arc et ses flèches, un autre son nécessaire à dessin, un autre son violon. Elle avait toujours ce qu'il faut pour se détendre, laisser les émotions emmagasinées tout au long de la journée se libérer, la laissant sereine, épanouie, et probablement plus reposée qu'avec quelques heures de sommeil en plus.
Oui, dans son quotidien, la jeune Sarivan n'avait pas de meilleurs moments que ces paisibles balades nocturnes...

« - Tu auras ton homme, femme brune,
du ciel répondit la pleine lune,
mais il faut me donner
ton enfant, le premier, dès qu'il te sera né...
Celle qui, pour un homme,
son enfant immole, bien peu l'aurait aimé... »


Vêtue de sa robe de laine verte préférée et de ses bottes en peau, portant son arc autour de son buste et son carquois attaché à un ceinturon autour de ses hanches, l'adolescente se fondait facilement dans la masse végétale qui l'entourait.
Elle avançait lentement, rêveuse, les yeux mi-clos, tout en continuant de chanter. Ses frisottis roux flottaient dans la brise nocturne, dansaient au gré du souffle de Dame Nature, valsant joliment autour de son visage. Pour une fois, les tâches de rousseur qui constellaient ses pommettes et son nez étaient bien visibles. Le teint clair de sa peau ne les faisait que davantage ressortir.
Après tout, à quoi bon cacher à la nature, seule spectatrice de sa promenade, ce qu'elle lui a offert à sa naissance ?...

« - Lune, tu veux être mère...
Tu ne trouves pas l'amour qui exauce ta prière...
Dis-moi, lune d'argent,
toi qui n'as pas de bras, comment bercer l'enfant ?... »


Ce soir, plus que jamais, elle se sentait libre et épanouie. Et elle adorait ça.

« - Hijo de la luna... »

Alors qu'elle continuait son chemin, la soldate aperçut un hibou. Il était éveillé, accroché à la branche d'un arbre, et la fixait. Souriante, elle continua sa route, non sans plonger un instant son regard bleuté dans le sien, envoûtée par ses grands yeux.

« - D'un gitan cannelle, naquit l'enfant...
Tout comme l'hermine, il était blanc...
Ses prunelles grises,
pas couleur olive, fils albinos de lune... »


Crack!

Un bruit soudain, comme le craquement d'une branche, fit sursauter la rouquine, interrompant sa chanson.
Paniquée, elle se retourna, cherchant du regard la provenance de ce bruit. Ses iris se posèrent sur le hibou qui avait pris son envol.
Il avait pris de l'élan pour s'envoler, et avait fait craquer la branche sous lui.
Cécilia soupira de soulagement, avant de reprendre son chemin. Ce n'était que ça...

« - Maudit sois-tu, bâtard,
t'es le fils d'un gadjo, t'es le fils d'un blafard... »


Mais, alors qu'elle se remit à chanter, l'adolescente ressentit quelque chose d'étrange, comme une présence. Elle sentait un regard posé sur elle. Elle se retourna un court instant, tout en chantant. Personne.
Mais des bruissements presque inaudibles confirmaient ses doutes.
Elle n'était pas seule.
Quelqu'un l'observait.

« - Lune, tu veux être mère...
Tu ne trouves pas l'amour qui exauce ta prière... »


Lentement, la jeune fille se rapprocha de la zone d'où provenait les fameux bruissements, tout en continuant de chanter, l'air de rien.

« - Dis-moi, lune d'argent,
toi qui n'as pas de bras, comment bercer l'enfant ?... »


Un seul petit mètre la séparait d'un grand arbre. La sensation de présence était de plus en plus intense. Quelqu'un se trouvait derrière le tronc de cet arbre.
Elle s'approcha encore un peu...

« - Hijo de la luna... »

...Puis, à une vitesse fulgurante, contourna l'arbre pour prendre par surprise l'individu qui se cachait derrière.

« - Qui est là ? » dit-elle d'une voix douce, mais ferme, juste avant de se retrouver face à la personne qui l'observait.

_______________________________


Real heroes don't have to fight.


#94C1DF
avatar
Féminin Messages : 138
Age : 18
Métier : Soldat

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 6 275
Informations:
Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La lune rêveuse, et une petite fugueuse Mer 28 Oct - 23:21
Daraen Krieger
Lune tu veux être mère..
feat. Cécilia


La lune, disque rond et blafard trônant dans le ciel nocturne, était l'unique témoin de la marche d'une silhouette solitaire. Elle ne faisait que peu de bruit mais c'était toujours suffisant pour qu'elle soit remarquée dans le silence environnant. Sachant par avance que ses poursuivants ne bougeraient pas de la nuit, la jeune femme avait délaissé sa protection, laissant la brise caresser sa peau mate. Vêtue d'une longue robe blanche aux manches longues elle ne craignait que peu la fraîcheur qui c'était installée, bien que ses épaules découvertes puissent lui apporter quelques frissons traîtres.
Malgré cette sécurité apparente que lui offrait les craintes de la nuit, Lutecia ne put s'empêcher de pénétrer dans un sous bois, arborant un sourire rêveur alors qu'elle perdait toutes traces d'inquiétude qui aurait pu subsister. A travers la végétation le calme était de mise, pourtant en tendant l'oreille elle put capter la mélopée qui résonnait d'une voix jeune. Ses pas prirent automatiquement cette direction, guidés par une curiosité qui un jour causerai sa perte. Peu désireuse de déranger la personne qui chanter, elle ne se montra pas, préférant la suivre en parallèle, prenant parfois un peu d'avance sur elle. La jeune femme possédait une indomptable chevelure rousse qui prenait des reflets argentés sous la lune et avançait aussi, bien qu'elle ne semblait pas choisir un chemin en particulier.
Soudain la noble se souvint pourquoi la chanson lui était familière. C'était sa mère qui la lui chantait avant et elle l'avait apprise à son tour. Elle se mit à fredonner en rythme en s'adossant à un arbre, appréciant tout simplement le moment de quiétude qui les entourais.

« Hijo de la luna... »
« Hijo de la luna... » chantonna Lutecia en même temps que l'ultime phrase de la chanson résonnait.

L'irruption de la chanteuse juste devant elle la fit sursauter, elle ne s'y attendait vraiment pas, mieux, elle ne pensait pas qu'elle serait repérer aussi facilement. Pourtant elle aurait juré avoir été discrète.

« - Qui est là ? »

La voix résonna dans le silence qui suivit les dernières notes. Et la noble sourit gentiment en se déplaçant.

« Lutecia, et à qui ais-je l'honneur ? » répondit avec politesse la blanche.

Elle fit quelques pas, passant sous un rayon lunaire qui fit luire ses cheveux de leur éclat argenté. Ses yeux bleus pétillèrent de joie alors qu'elle souriait avec cette douceur qui caractérisait les femmes avec un amour débordant pour la vie.

« Tu possèdes une très jolie voix.. qui t'as appris à chanter ? »

_______________________________

Je suis le membre polisson sans signature. ~
Quelques petits trucs :
 
avatar
Féminin Messages : 130
Age : 20
Localisation : A peu près partout..
Métier : Brigade d'Entraînement

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 3 735
Informations:
Noble prisonnière
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La lune rêveuse, et une petite fugueuse Ven 30 Oct - 15:06
Cécilia Sarivan

Lorsqu'elle se retrouva en face de la personne qui l'observait, Cécilia ne peut s'empêcher d'écarquiller ses grands yeux nacrés.

« Serais-je en train de rêver ?... » pensa-t-elle si fort que la question était bien visible dans ses yeux.

En effet, l'adolescente faisait face à une jeune femme au physique très peu commun. Cette femme était grande. Très grande. Elle devait probablement faire presque vingt centimètres de plus que la rouquine. Elle était aussi mince. Très mince. Probablement un peu trop. Elle semblait peu se nourrir.
Et elle était belle.
Très belle.
Sa peau, d'une jolie teinte mate, contrastait avec la longue robe blanche qu'elle portait. De jolies mains aux longs doigts fins sortaient des manches longues qui couvrait ses bras. Les traits de son visage étaient doux et fins, ses yeux d'un bleu magnifique, ses cheveux d'une blancheur argentée presque irréelle.
Pour un peu, la jeune Sarivan l'aurait prise pour un ange...
Plusieurs questions émergèrent dans sa tête. Elle semblait si soignée... Était-ce une noble ? Si c'était le cas, pourquoi n'était-elle pas dans l'enceinte du mur Sina ? Que faisait-elle dans l'enceinte du Mur Rose ? Et surtout, pourquoi se trouvait-elle en plein milieu de la campagne à une heure si tardive ?
Tant de questions sans réponses, qui la plongea un instant dans ses pensées.
Jusqu'à-ce qu'une voix féminine la ramène sur terre.
La voix de la jeune femme, dont le sourire l'envoûta un instant.

« - Lutecia, et à qui ai-je l'honneur ? »

Elle avait dit cela tout en se déplaçant. Sa politesse confirmait l'hypothèse de l'adolescente. Il s'agissait bien d'une noble.
Durant une fraction de seconde, la jeune fille se sentit mal à l'aise. C'était bien la première fois qu'elle se retrouvait face à quelqu'un de ce rang.
C'est ainsi qu'après un très court moment d'hésitation, la soldate opta pour une petite révérence.

« - Mon nom est Cécilia Sarivan. Je suis une soldate du Bataillon d'Exploration. C'est un honneur de faire votre connaissance, mademoiselle. » dit-elle poliment, la tête baissée.

Cécilia n'aimait pas beaucoup les nobles. La plupart d'entre eux étaient prétentieux et méprisants, restaient cloîtrés dans l'enceinte du mur Sina, bien à l'abri des Titans, sans prêter main forte à ceux qui voulaient sauver l'humanité. Ils gardaient pour eux les soldats les plus compétents et s'enrichissaient un peu plus sur la misère des personnes qu'ils gardaient recluses dans la ville souterraine.
Mais cette jeune femme, nommée Lutecia... Elle ne semblait pas comme cela. Pas du tout, même. Sinon, que ferait-elle ici ?

La noble fit quelques pas, et passa sous un rayon de la lune. Elle souriait, les yeux pétillants de cette joie que l'on pouvait lire sur le visage des femmes qui croquaient la vie à pleines dents. L'éclat de la lune qui faisait briller ses cheveux argentés lui donnait un air presque divin.
Et cette joie, ce sourire, furent rapidement contagieux pour la jeune rouquine emphatique. Très contagieux.
À son tour, Cécilia sourit. C'était un sourire doux, empreint de joie et de rêverie. Cette même douceur était visible dans ses yeux, qui, éclairés par la lune, prirent la magnifique couleur nacrée des labradorites, blanches si bien qu'il était devenu définitivement impossible de savoir si ses yeux clairs étaient bleus ou gris.
La jeune femme reprit la parole.

« - Tu possèdes une très jolie voix... Qui t'as appris à chanter ? »

Cécilia baissa un instant la tête, un petit sourire gênée sur le visage. Elle n'avait pas l'habitude de recevoir des compliments.
Puis son sourire redevint doux, et elle se rapprocha doucement de Lutecia.

« - Eh bien... Disons que j'ai eu la chance d'avoir un professeur particulier pendant un an... Et maintenant, cela fait cinq ans que je m'entraîne seule... » dit-elle d'une voix douce.

Tout n'était pas dit, mais cela valait mieux ainsi...
Elle osa regarder la jeune femme dans les yeux et eut de nouveau petit sourire gêné.

« - Mais je ne pense pas mériter un tel compliment, mademoiselle Lutecia... »

Lorsqu'elle arriva à sa hauteur, la jeune Sarivan ferma les yeux, puis passa son arc par dessus sa tête pour le retirer et le posa contre un tronc d'arbre.

« - Pardonnez mon indiscrétion, dit-elle d'une voix un peu plus sérieuse, tout en retirant son carquois. mais que fait une jeune femme noble dans un bois perdu au fin fond de la campagne ? »

Elle posa son carquois juste à côté de son arc, puis se retourna vers la noble.

« - Surtout dans l'enceinte du mur Rose. »

_______________________________


Real heroes don't have to fight.


#94C1DF
avatar
Féminin Messages : 138
Age : 18
Métier : Soldat

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 6 275
Informations:
Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La lune rêveuse, et une petite fugueuse Ven 13 Nov - 21:07
Daraen Krieger
Dis moi lune d'argent..
feat. Cécilia


Les jolies boucles rousses de la jeune femme donnaient à son visage un petit air espiègle, semblable à celui d'une fée mutine. Cela tira un sourire nuancé à Lutecia, appréciant cette rencontre faite en toute simplicité avec les égards qui lui étaient dus. Disons que sa dernière.. "sortie" ne pouvait pas réellement être qualifiée de plaisante.

« - Mon nom est Cécilia Sarivan. Je suis une soldate du Bataillon d'Exploration. C'est un honneur de faire votre connaissance, mademoiselle. »

Lutecia lui rendu son salut d'un hochement de tête, pensant qu'être habitué à ce genre de chose était parfois lassant. Pourtant elle n'en laissa rien paraître et observa sa cadette qui semblait tout simplement fascinée par la noble. Pour une des rares fois où cela était arrivé, elle ne trouvait pas ce regard agaçant et la laissant donc faire, un petit sourire amusé jouant sur ses lèvres closes. Elle vit apparaître un sourire sur le visage de son interlocutrice, comme une réponse au sien et cela apporta un nouvel éclat à son visage, donnant envie à l'aînée de serrer la rêveuse dans ses bras. Il lui arrivait assez souvent depuis sa captivité de vouloir s'occuper des personnes plus jeunes qu'elle. Bien entendu, on pouvait aussi appeler ça l'instinct maternel, ce qu'elle cachait aux O'Rae, de crainte qu'ils ne s'en servent contre elle. Au mouvement de la rouquine, Lutecia sortie de ses pensées peu réjouissantes. Elle l'observa s'approcher d'elle, sa voix douce s'enroulant dans l'air nocturne.

« - Eh bien... Disons que j'ai eu la chance d'avoir un professeur particulier pendant un an... Et maintenant, cela fait cinq ans que je m'entraîne seule... »

Oh ? Cela ramena la noble de nombreuses années en arrière quand elle râlait de devoir prendre des cours d'un nombre incalculables de choses essentielles dans la vie d'une duchesse. Elle lui frôla le bras dans un touché aérien rassurant lorsqu'elle l'observa avec un petit air gêné.

« - Mais je ne pense pas mériter un tel compliment, mademoiselle Lutecia... »

« Cécilia, » prononça la noble, roulant le prénom pour en apprécier la sonorité, cherchant à en tirer un maximum de renseignement avant de décocher une œillade mécontente à la rouquine « l'honneur est pour moi Cécilia, puisque je semble si transparente quand à mon statut, je souhaiterai que tu oublie le "mademoiselle". A l'abri avec comme seule témoin la lune, penses-tu pouvoir m'accorder cette faveur ? » sourit amusée l'adulte « Je n'adresse pas de compliments à ceux qui ne le mérite pas ma chère. J'ai estimé que tu méritais ce compliment et j'ai parlé, c'est tout. Pourquoi devrais-je te cacher ce qui est à mes yeux une vérité ?» rabroua sévèrement Lutecia, appréciant peu de la voir ainsi se rabaisser.

Bien que leur rencontre ne fut qu'à son début, Lutecia appréciait de pouvoir oublier un instant son caractère ferme et solide, se comportant avec douceur, cette douceur acquise auprès de feu sa mère, une femme qui comme elle fut solide comme un roc, mais avec un cœur d'or. Elle marcha un peu, observant le ciel piqueté d'étoiles. Ce soir aucun nuages ne venait dissimuler la voûte céleste, laissant à la lumière blafarde le droit d'éclairer cette scène de rencontre sous ses pâles rayons bienveillants.

« - Pardonnez mon indiscrétion, mais que fait une jeune femme noble dans un bois perdu au fin fond de la campagne ? »

Ladite noble attendit qu'elle est finit de poser ses affaires, le visage serein.

« - Surtout dans l'enceinte du mur Rose. »

Elle semblait sérieuse dans ses questions mais cela ne sembla pas inquiéter outre mesure Lutecia qui se tint droite sous la lumière lunaire telle une statue aux couleurs inversés.

« Serais-tu suspicieuse à mon égard Cécilia ?» ronronna la blanche, le regard espiègle « Te semblerais-je dangereuse ? Tu sais te battre, te ferais-je donc peur, moi pauvre noble ?» gloussa-t-elle légèrement tout en se rabaissant volontairement.

Elle savait parfaitement se battre et pouvait se rappeler sans effort toutes les raclées qu'elle avait prise avec ses instructeurs à un âge outrageusement jeune. Toutefois elle rassura la jeune fille d'un regard avant de répondre avec légèreté, comme si elle parlait de la pluie et du beau temps.

« Je me balade. Mes gardiens ne doivent pas être contents de mon escapade et je pense que cette petite liberté me sera bientôt retirée, alors j'en profite.»

Elle ne s'aventura pas plus loin dans ses explications, n'ayant pas vraiment envie de laisser percevoir sa haine envers ses gardiens. Ou devrait-elle dire geôliers ? Quelques soldats lançaient à sa poursuite avaient retrouvé sa trace, donc elle savait que sa liberté était désormais compté en heures. Elle ne s'en faisait pas, elle était confiante.
Elle tourna le dos à la rouquine et reprit d'une voix légère.

« Je suis peut être noble, mais je peux toujours m'étonner de trouver une jeune fille seule à cette heure ici. Je peux supposer que tu étais venue chanter. Voudrais-tu que je parte ? Je pourrais parfaitement comprendre si tu me le demandais.»

Lutecia fit quelques pas, prête à s'éclipser entre les arbres si son interlocutrice en éprouvait le désire.

_______________________________

Je suis le membre polisson sans signature. ~
Quelques petits trucs :
 
avatar
Féminin Messages : 130
Age : 20
Localisation : A peu près partout..
Métier : Brigade d'Entraînement

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 3 735
Informations:
Noble prisonnière
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La lune rêveuse, et une petite fugueuse Sam 21 Nov - 15:11
Cécilia Sarivan

Les paroles et la légère réprimande de la jeune noble avait rendu Cécilia quelque peu confuse. Cette femme usait des mots avec une grâce et une aisance sans pareille, si bien que même lorsqu'elle avait été réprimandée, la jeune fille avait été fascinée. Confuse, fascinée... Cela avait suffit à la soldate pour lui faire perdre un instant ses moyens, et l'empêcher de répondre, la forçant à chercher un autre sujet de discussion.
La noble ne sembla pas du tout gênée par sa question. Bien au contraire, elle semblait la prendre avec légèreté et sérénité.

« - Serais-tu suspicieuse à mon égard ? Te semblerais-je dangereuse ? Tu sais te battre, te ferais-je donc peur, moi pauvre noble ?» dit-elle en gloussant, une lueur espiègle dans le regard.

L'adolescente eu alors un petit sourire, à la fois espiègle et tendre. Elle, avoir peur ? Mon Dieu, non, bien au contraire.

« - Peut-on qualifier de dangereuse ou d'effrayante la rencontre d'un ange tombé du ciel ?... Pourtant, cela est davantage considéré comme un signe de bon présage que comme celui d'une malédiction... » dit-elle en riant légèrement.

Un ange tombé du ciel... Pour le moment, la rouquine ne voyait aucune autre métaphore pouvant mieux correspondre à la jeune femme. Là, sous le grand astre d'argent, son visage, ses cheveux, ses gestes, ses mots, tout prenait un air presque divin. Elle semblait être parfaitement dans son élément.
Les êtres humains avaient-ils tous ce privilège ? Elle n'en était pas sûre...
La jeune femme aux cheveux d'argent sembla vouloir la rassurer d'un regard, avant de reprendre la parole avec une tranquillité déconcertante, comme si elle parlait d'un sujet des plus banals avec une connaissance.

« - Je me balade. Mes gardiens ne doivent pas être contents de mon escapade et je pense que cette petite liberté me sera bientôt retirée, alors j'en profite. »

À ce moment-là, Cécilia ne répondit pas tout de suite.
Car une étrange sensation s'empara d'elle.
Autant dans les mots de la noble que dans son regard, la jeune fille remarqua quelque chose. Quelque chose qui pouvait peut-être sembler invisible aux yeux d'une personne normale, mais que ses problèmes d'empathie faisait ressortir, les lui mettant en évidence.
Là où les simples nobles semblaient libres de faire ce qu'ils veulent, et donc de rester en sécurité au château, la jeune femme, elle, avait l'air d'être prisonnière.
De qui, ou de quoi, elle ne savait pas. Elle ne savait pas qui étaient ces fameux "gardiens" dont elle parlait. Mais elle était sûre d'une chose. Ces "gardiens" entravaient sa liberté.
Cependant, la rouquine n'en laissa rien paraître. Ce n'était pas ses affaires, et la noble ne voulaient probablement pas en parler.
Cette dernière finit par lui tourner le dos.

« - Je suis peut-être noble, mais je peux toujours m'étonner de trouver une jeune fille seule à cette heure ici. reprit-elle avec la même légèreté. Je peux supposer que tu étais venue chanter. Voudrais-tu que je parte ? Je pourrais parfaitement comprendre si tu me le demandais. »

Elle fit alors mine de s'éloigner.
La soldate eut une fraction de seconde de réflexion.
Il est vrai que la jeune femme était venue ici pour profiter d'un moment de solitude et de liberté, afin de laisser ses émotions s'exprimer.
Mais...
La jeune fille avança vers la noble, avant d'attraper délicatement le bout de la manche droite de sa robe, telle une enfant.
Un joli sourire, à la fois espiègle et tendre, se dessina sur son visage.

« - Pensez-vous vraiment être de trop ? dit-elle avec autant de légèreté que la jeune femme. Ce n'est pas mon avis. Je ne ressens ni l'impression d'avoir été dérangée, ni l'envie de vous demander de partir... »

Mais quelque chose l'interrompit, l'empêchant de continuer.
Des éclats de voix.

« - Retrouvez-la! »

Sous l'effet de la surprise, et surtout par instinct, Cécilia attrapa le poignet de la jeune femme.

« - Attention! » chuchota-t-elle.

Elle l'attira derrière un grand arbre, à l'opposé des éclats de voix, afin qu'elles ne puissent pas être vues.
Puis, discrètement, elle se pencha pour regarder de qui provenaient ces voix. Il s'agissait de trois soldats à cheval, dont elle reconnut facilement le blason, présent sur leurs vestes.

Des soldats de la Brigade Spéciale... pensa-t-elle.

Effectivement, il s'agissait de soldats de la Brigade Spéciale. Chose choquante, car il ne sortaient presque jamais de l'enceinte du mur Sina. Étaient-ils là pour la jeune femme ?

« - Vous la reconnaîtrez facilement! cria celui qui semblait diriger les deux autres. C'est une femme assez grande, avec un teint hâlé et de longs cheveux blancs! Et surtout, n'oubliez pas! Interdiction de la blesser! »

« - À vos ordres! » crièrent en chœur les autres soldats.

La rouquine baissa la tête, la mâchoire crispée.

« - Ces fameux gardiens... murmura-t-elle à l'intention de la noble. Ne devrait-on pas plutôt user le terme geôliers pour parler d'eux ?... »

Car oui, qui d'autres, sinon des bourreaux et des geôliers, entraveraient la vie d'une femme au point de demander à des soldats du mur Sina de la retrouver dans l'enceinte du mur Rose au lieu de passer par la garnison et de lui laisser un peu plus de temps de liberté ?...
La jeune fille regarda tristement la noble aux cheveux argentés, puis la pâle sphère qui illuminait le ciel.
Elle ne pouvait pas rester là sans rien faire pour elle...

« - La lune est seule témoin de notre liberté, n'est-ce pas ?... » murmura-t-elle d'une voix douce.

Son regard se posa une nouvelle fois sur la jeune femme, un beau sourire des plus doux dessiné sur ses lèvres.

« - Alors laissez-lui encore un peu le temps d'illuminer vos ailes éphémères, Lutecia... »

Elle lui fit un petit clin d'œil, puis respira un bon coup, et récupéra silencieusement son arc et son carquois. Elle raccrocha ce dernier à sa taille, avant de sortir de leur cachette le plus naturellement possible, comme si elle n'avait jamais arrêté sa marche.

« - Le gitan, se croyant déshonoré,
couteau en main, sa femme alla trouver...
L'enfant n'est pas de moi!
Tu m'as trompé, je le vois!
À mort il la blessa... »


Tout en avançant, la jeune fille se mit à faire des petits pas de danse, léger et gracieux.
Son but était de se faire repérée par les soldats et de garder leur attention.

« - Et, l'enfant dans ses bras,
la colline il monta,
là-haut l'abandonna... »


Et lorsqu'elle fut entièrement dans le champ de vision des soldats, la rouquine se lâcha.
Elle se mit à danser, sans limite, au rythme de la musique qu'elle chantait. Ses mouvements gracieux et sa voix envoûtèrent les soldats, qui s'approchèrent, ne faisant plus attention à ce qui les entourait.

Quels idiots...

Et l'adolescente, elle, continuait à danser et à chanter. Sa robe virevoltait autour d'elle, alors que ses cheveux dansaient avec elle, tournoyant dans une jolie tornade cuivrée, éclairés par les rayons argentés de la lune. Ses gestes étaient à la fois gracieux et dynamiques, empreint d'une liberté sans bornes, sans entraver sa jolie voix, à la fois douce et mélodieuse.

« - Lune, tu veux être mère...
Tu ne trouves pas l'amour qui exauce ta prière...
Dis-moi, lune d'argent...
Toi qui n'as pas de bras, comment bercer l'enfant... »


Ses pas, ses sauts, tout donnait l'impression qu'elle volait, lui offrant un aspect presque irréel.

« - Hijo de la luna... »

Puis, doucement, ses gestes devinrent plus doux, plus faibles, accompagnant à merveille sa voix, qui s'atténua, comme dans le chant d'origine.

« - Et les soirs où l'enfant joue et sourit,
de joie aussi la lune s'arrondit...
Et lorsque l'enfant pleure,
elle décroit pour lui faire
un berceau de lumière... »


Tout en dansant, la jeune fille prit une flèche dans son carquois. Et alors que la fin de la chanson approchait, la soldate plaça la flèche sur son arc, avant de le bander gracieusement, faisant mine de viser la lune.

« - Et lorsque l'enfant pleure,
elle décroit pour lui faire
un berceau de lumière... »


Mais une fraction de seconde après la fin de la chanson, c'était le dirigeant des soldats que la rouquine visait.
La flèche atterrit juste au-dessus de l'épaule du soldat, qui fut cloué à l'arbre derrière lui par la veste, toujours sur son cheval. Il était coincé, et la flèche était trop enfoncée pour qu'il puisse la retirer. Chose qui ne lui plut guère.

« - Hé, pour qui tu te prends ?!? cria-t-il à l'intention de Cécilia. Soldats! Attrapez-moi cette garce! »

La jeune fille rit, puis prit la fuite. Elle courut un moment, éloignant autant que possible les soldats de leur dirigeant, avant de s'accrocher à une branche assez basse et de grimper à un arbre, se cachant dans les feuillages pour ne pas être visibles aux yeux des soldats. Elle les regarda un instant dans la pénombre, amusée de les voir la chercher en vain, avant de regarder la lune à travers le dense feuillage.

Bonne chance, Lutecia... J'espère vous revoir bientôt...

_______________________________


Real heroes don't have to fight.


#94C1DF
avatar
Féminin Messages : 138
Age : 18
Métier : Soldat

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 6 275
Informations:
Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: La lune rêveuse, et une petite fugueuse
Contenu sponsorisé
La lune rêveuse, et une petite fugueuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La lune rêveuse, et une petite fugueuse
» Lune rêveuse
» My Little Pony : Friendship is magic
» Une petite blague...
» Petite Galerie de Miss-M

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan - Shingeki no Kyojin :: | Hors RPG | :: Archives-
Sauter vers: