AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: Le simple fait de vivre est une force. Jeu 29 Oct - 1:37
Invité

Only here
I breath


Celui que personne ne connait, est en fait déjà mort

pv alexander morgenstern

 

Mon corps coule. Je ... coule ? Merde. Je voulais juste nager dans le fleuve. Je voulais juste connaître une fois encore cette sensation. Je voulais le voir à mes côtés, comme avant. Fermer les yeux n'était peut être pas la meilleure des décisions. Essayer de respirer dans l'eau non plus. Je suis con ou quoi ? Dans les brigades d'entrainement, j'avais presque un but au moins, et maintenant que je n'ai plus rien, je ressens tout ce que signifie son départ. Au final, la mort fait en fait plus de mal aux vivants. C'est drôle, je pourrais me débattre, remonter à la surface, essayer de sauver ma peau, mais étrangement, je n'en ai pas envie. A quoi bon en fait ? Sans lui, la vie n'est qu'une succession de moments aussi vides qu'insignifiants.
Mais ...

Mais c'est ma mission. C'est mon combat. C'est à moi de purger ce monde de la menace que représentent les nobles. C'est à moi de perpétuer sa volonté, car personne d'autre ne le fera. Alors je me reprends. Calmement, doucement, je tends les bras vers la lumière et vers le ciel. Je rouvre les yeux et malgré le manque d'air, malgré mes poumons qui souffrent, je nage. Je nage pour ma vie, je nage pour lui et pour nous, je nage car nous sommes beaux et que je ne suis beau qu'avec lui, que même si en apparence je suis laid aux yeux de certains, même si l'on me critique, même si l'on me méprise, la vie vaudra la peine d'être vécue tant qu'il y aura des nobles à tuer. Au final, tuer est ma seule raison de vivre. Haha... C'est ironique, non ? Je suis dans les brigades spéciales. L'élite des combattants. Les protecteurs des gens importants et de notre bon roi. Ah ! Ne me faites pas rire. Je... En fait, je n'ai même plus la force de penser. Je manque cruellement d'oxygène. Mon cerveau part en couille, je commence à divaguer. Est ce que je vais crever avant d'atteindre la surface ? Qui sait ? Mais ce n'est pas pour autant que je vais lâcher prise. Lui aussi, s'est battu jusqu'au bout. L'eau ne m'agresse plus à présent, elle est juste en moi, autour de moi, elle m'enveloppe et me pousse à aller plus loin. C'est comme si lui même était encore là, à mes côtés. La surface...

Je l'ai atteinte. Je sors violemment la tête de l'eau, et je hurle. Je hurle d'un cri puissant, de toute mon âme, je hurle ma rage et ma tristesse, mon désespoir et mon envie de vaincre. Je hurle pour lui, mort en vain. Je hurle pour tous ces habitants qui ne sont que des marionnettes et pour tous ceux qui croient les nobles et le roi, les mafieux et les autres ordures de notre monde. Ce cri qui exprime bien plus de sentiments que je n'en laisse paraître d'habitude, ce cri dure bien une minute ou deux avant que je m'essouffle à force de reprendre ma respiration.

Je me sens dans l'eau mieux que jamais, mais si je reste là trop longtemps, les autres vont se douter de quelque chose. Trente minutes de pause et pas une de plus, puis regroupement au QG; les ordres étaient clairs. Les autres sont allés manger ou boire, et je suis bien le seul à m'être aventuré aussi loin, loin des regards et des Hommes, pour nager. J'ai bien plus besoin de ça que de nourriture pour survivre ! Je regarde le ciel une dernière fois, puis je nage vers le bord. J'agrippe la terre ferme et les brins d'herbe et use toute ma force pour remonter d'un seul coup. Une fois debout, je reste là, comme ça. Quelques minutes passent tandis que, les yeux baissés, je me demande si ce qui coule de mes yeux n'est que de l'eau ou si ce sont des larmes. Peu m'importe la réponse, la réalite c'est que je ne veux pas retourner avec les autres. Personne ici ne peut comprendre ma solitude. Personne, sauf lui... A présent, je sais que ce sont bien des larmes qui coulent de mes yeux. Je les essuie d'un revers de la main et enfile mon uniforme. Au moment même où j'enfile ma veste, le froissement de celle ci se mèle à un autre bruit. Je m'arrête de bouger, même de respirer. Seules mes pupilles remuent dans mes yeux encore rouges. Je ne me retourne pas, mais je sais qu'il y a quelqu'un. Qu'il s'agisse d'une ou plusieurs personnes, je ne suis pas d'humeur à papoter. Si ce qui est derrière moi m'adresse la parole, je lui ferai fermer la bouche. Littéralement. Avec mon poing.

FICHE DE RP (C) MISS YELLOW sur LIBRE GRAPH'
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Le simple fait de vivre est une force. Dim 15 Nov - 16:00
Invité
Alexander bailla.
En se frottant l'œil, L'infirmier songea qu'il n'aurait pas dû veiller si tard. Revenu dans le mur Sina pour suivre une formation en médecine, il en avait profité pour rendre visite à sa famille. La veille, il était resté longtemps en compagnie d'Isaac, avant de se plonger dans un livre. Lorsqu'il s'était dit qu'il devrait peut-être dormir, c'est que le feu de la cheminé venait de s'éteindre.
Aujourd'hui il avait décidé de s'accorder une pause, et était sortit se balader. Le vent était agréable, faisant remuer les quelques mèches blondes autour de son visage, sa tresse remuant doucement au rythme des mouvements de sa monture empruntée à son père adoptif. Le soleil caressait son visage pâle et se reflétait dans ses yeux verts, courait et ravivait les couleurs de sa longue veste assortie à ses yeux.
Le jeune homme avait pour but le fleuve. Cela faisait bien longtemps qu'il n'y était pas allé, et il avait bien envie d'y faire un tour, aller admirer les eaux miroitantes.

Cela faisait déjà cinq ans que toute sa vie avait radicalement changée, et il avait encore parfois du mal à réaliser. Il avait amassé tellement de connaissances en cinq petites années ! Il avait aussi intégré l'armé. Là, il se sentait utile, plus que dans le manoir des Morgenstern ! Il aidait, soignait, consolait, apaisait, bandait… Et c'était ce qu'il voulait.

Alors qu'il arrivait aux abords du cours d'eau, un cri retentit. Alexander se figea, le sang glacé par toutes les émotions qu'il entendait dans un simple hurlement. Lorsque celui-ci eut cessé, il avança lentement sa main pour calmer le cheval brun agité. Il repartit dans la même lenteur au petit trot.
L'infirmier descendit de sa monture et l'attacha à l'un des rares arbres. Il apercevait à présent une silhouette, qui semblait se rhabiller. Hésitant, doucement, il s'approcha.
Alexander découvrit alors un jeune homme aux cheveux sombres, dos à lui, revêtant l'uniforme des Brigades spéciales. Il ne dit rien, attendant simplement. Un silence qui dura presque une minute, avant qu'Alexander ne laisse s'élever sa voix douce et paisible, à laquelle il ajouta un léger sourire.
"Bonjour… ?"
avatar
Invité
Le simple fait de vivre est une force.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QU'IL FAIT BON VIVRE DANS LE CALME ET LA SERENITE
» Le plaisir d'exister
» Les fausses paroles des génériques
» Aggie change de vie
» Petits cornets au sucre et guimauve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan - Shingeki no Kyojin :: Le Fleuve-
Sauter vers: