AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: Au-delà du masque... Lun 21 Déc - 18:45
Cécilia Sarivan


Au-delà du masque...


avec Levi Ackerman






... Toc... Toc... Toc...

Cécilia était allongée sur son matelas, le dos contre les draps, tapotant discrètement du bout du doigt le bois de son lit. Elle était vêtue d'une longue chemise de nuit, blanche et ample, un peu trop grande pour elle, laissant ses épaules légèrement dénudées.
La nuit était déjà avancée. Il devait être deux ou trois heures du matin. Et pourtant, il était dure pour elle de s'imaginer que l'on était déjà le lendemain.
Un lendemain important pour elle.
Le jour de son anniversaire...
Pour certaines personnes de son âge, un anniversaire est un jour très important, un pas de plus vers la maturité et l'indépendance, un moment de joie qui se fête avec tout ses proches.
Pour d'autres, chaque anniversaire est un pas de plus vers la vieillesse et la mort, une crainte qui donne envie de ralentir, d'arrêter, ou même de remonter le temps.
Mais, pour la soldate, ce jour ne signifiait plus qu'une seule chose...

C'est déjà le deuxième...

Oui, ses dix-sept ans n'étaient pour elle qu'un deuxième anniversaire sans particularité. Un deuxième anniversaire sans joie ni couleurs.
Un deuxième anniversaire sans lui...

Jojo...

Voilà ce qu'était l'anniversaire pour elle... Une tristesse... Un souvenir... Un vide... Un manque...
Une chose qui l'empêchait de dormir à l'arrivée de ce jour fatidique. Depuis deux ans.
La rouquine soupira, se retournant une énième fois sur son lit, tentant tant bien que mal de trouver le sommeil, de lutter contre le sombre souvenir qui envahissait ses pensées. En vain. Il était encore revenu, cette nuit, plus fort que jamais. Il était venu comme une ombre, enveloppant son esprit fragile et confus, faisant de nouveau passer en boucle cette horrible scène qu'elle avait vu lors de sa toute première expédition.

... Stop... Stop...

Après plusieurs minutes de supplice, de torture silencieuse, la jeune Sarivan poussa un autre soupire, avant se lever doucement de son lit. Inutile de continuer à chercher le sommeil dans ces conditions. Il lui fallait un moment de détente. Et surtout, il lui fallait un bon bol d'air.
Le plus silencieusement possible, l'adolescente enfila une paire de bottes en peau, puis attrapa son carnet à dessin, ainsi qu'un crayon et une gomme. Puis elle sortit à pas de loup, faisant en sorte de ne réveiller personne sur son chemin.
Il ne lui fallut que quelques minutes pour se retrouver dehors, dans l'air froid et humide de la nuit.
Il n'y avait pas un nuage. Pas une zone de brouillard. Rien. Le ciel était clair, constellé d'étoiles, comme le nez et les pommettes le la jeune fille.
Cette dernière se permit une grande bouffée d'air, levant les yeux au ciel, avant de les fermer doucement. Pendant un court instant, la soldate se sentit soulagée, rafraîchie par une douce brise.
Lentement, la jeune fille s'éloigna quelque peu du QG du Bataillon, cherchant un endroit où se poser. Elle finit par s'arrêter près d'un arbre, et s'assit sur le sol, adossée contre son tronc, appréciant l'herbe humide sous elle.
La jeune rouquine ouvrit alors son carnet, cherchant une feuille blanche parmi ses dessins, puis commença à griffonner sur le support vierge. Les yeux à demi clos, elle laissa son esprit guider sa main, noircissant le papier blanc, créant des formes, d'abord abstraites, puis de plus en plus précises.
Ainsi, un corps apparut, puis un visage, une chevelure, et des vêtements. La forme devint un croquis très réaliste, très ressemblant, si ressemblant que la jeune Sarivan frissonna en se reconnaissant.
Oui, elle s'était elle-même dessinée, écroulée à terre, les mains crispées sur un sol blanc, mais tâché de sang, face à une moitié supérieure d'un corps, dont le visage n'était pas visible. Elle semblait crier, hurler de désespoir, les larmes aux yeux.
Elle aurait pu s'arrêter là, ne mettre que de la souffrance dans cette image.
Mais...

« - La brise soufflait sur les chênes... La neige dansait doucement... »

Lentement, elle se mit à chanter, dessinant une nouvelle forme derrière elle.

« - Le gel se posait sur les plaines, recouvrant tout d'un manteau blanc... »

La forme devint rapidement humaine, masculine. Elle semblait transparente, présente sans l'être. Elle était agenouillée derrière elle, ses mains posées sur ses épaules.

« - Mais hors de notre prison de glace... »

Elle dessina deux ailes, semblant provenir de ce fantôme, le transformant en ange doux et rassurant, mais invisible pour la jeune fille brisée, dont Cécilia ne modifia pas le visage empreint de désespoir.

« - Les loups, les oiseaux, les Titans... »

Puis elle dessina le visage de l'ange. Un visage qui lui était familier. Un visage qu'elle reconnaîtrait entre mille, et qui lui serra le cœur.
Car elle ne pouvait plus le voir.
Elle ne le pourrait plus jamais...

« - Dévoraient ensemble la carcasse... »

Une larme coula sur sa joue, dessinant un sillon humide sur son visage, pourtant neutre et serein, uniquement trahi par son regard.
Un regard empli de souvenirs, de tristesse, de remords...

« - D'un homme vaillant... »

Il était là. Même si elle ne pouvait pas le voir, elle savait qu'il était là.
La larme s'écrasa sur sa main, retraçant la courbe de son index, avant de rejoindre le sol dans une dernière chute.

... Joshua...

_______________________________


Real heroes don't have to fight.


#94C1DF
Féminin Messages : 138
Age : 18
Métier : Soldat

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 6 275
Informations:
Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au-delà du masque... Jeu 24 Déc - 3:48
Levi Ackerman
Comme depuis plusieurs années maintenant, Levi était encore éveillé très tard la nuit. Ou bien, très tôt le matin, comme vous le désirez. Il ne dormait en général pas plus de 3 à 4h par nuit, maintenant, ces mêmes nuits étant la plupart du temps hantées par des cauchemars où il revoyait Furlan et Isabel, mais également tous ses autres collègues tombés au combat se faire dévorer par des Titans. Ce soir, pour ne pas changer, il était encore debout. Il avait pris sa douche vers 23h, et après cette dernière il avait enfilé une chemise noire qu’il avait rentré dans un pantalon à pince noir, et il avait également mis des chaussettes pour ne pas avoir froid aux pieds.

Après ça, il étudia pendant de longues heures les papiers et dossiers qu’Erwin et Hanji lui avait remis, à propos du carnet d’Ilse. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu’il revoyait sans cesse toute cette paperasse, et le fait de ne rien trouver de bien concret à propos de toute cette histoire le chiffonnait terriblement. Il voulait trouver une conclusion à tout cela. Il griffonna donc ses hypothèses sur un carnet jusqu’aux alentours d’une heure de matin.

Ensuite, il posa son stylo, et éloigna sa chaise de son bureau vers l’arrière, en appuyant et en poussant de ses pieds contre le parquet. Il s’avachit sur son dossier, les bras ballants de chaque côté du corps, les jambes écartées et lâches, la tête en arrière. Il resta dans cette position quelques instants en regardant le plafond en bois. Ce mystère des Titans, toutes les horreurs qu’ils causaient… Levi se posait tellement de questions à propos de ça. Au bout d’une dizaine de minutes, il s’étira, se releva, et rangea son bureau. Il fit ensuite quelques pas dans sa petite chambre, remit en place ce qui était décalé, et il finit par se laisser tomber sur son lit, où il attrapa un bouquin. Il le lut jusqu’a trois heures du matin, puis il en eu marre et décida d’aller prendre un bol d’air frais avant d’aller se coucher. Il enfila ses chaussures en villes, car les cuissardes de son équipement 3D n’allaient pas avec un pantalon à pince, attrapa un manteau et une écharpe noire, et sortit de sa piaule en fermant à clef derrière lui.


Le QG était silencieux : tout le monde semblait dormir. Après avoir entendu ses pas résonner quelques instants contre les pierres froides de la base générale du Bataillon, il sortit à l’extérieur et inspira un bon coup. Le ciel était dégagé, la lune et les étoiles brillaient et éclairaient tout autour de lui. Il se sentait à l’aise, pendant la nuit. Plus qu’en journée. Il cligna doucement des yeux en observant les cieux, puis il se dirigea vers les terrains d'entrainement près de la forêt, sans se presser ; lorsqu’il entendit une voix, douce et calme, chanter quelque chose qui ne semblait pas très gai. Il s’approcha sans faire un bruit de la petite chanteuse, qui ne l’avait pas encore vu. Il était placé quelques mètres en retrait derrière elle. Il écouta toute la chanson, en observant une jeune femme, rousse et bouclée, qui semblait griffonner quelque chose sur un carnet. Il ne s’en approcha pas. Il attendit une vingtaine de seconde après la fin de la chanson, pour être sûr qu’elle ne continuerait pas à reprendre la rengaine. Puis, il fit un pas en avant et lâcha de son habituelle voix froide et calme, un compliment. Chose qui était plutôt rare, venant de sa part.

« Tu as une jolie voix. »

Il s’approcha alors de la jeune femme sans la regarder, la dépassa et s’adossa à l’arbre en face du sien, qui était planté à cinq ou six mètres de la petite rouquine. Puis, sans ajouter un mot de plus, il planta son regard sur la tignasse rousse et bouclée qui était assise en tailleur, à-même le sol.

[HRP] Tu m’excuseras des possibles fautes, mais vu l’heure, je ne garantis rien T^T Je me relirais dans la journée et effectuerais des possibles petites modifications (genre reformuler des phrases correctement parce que ma syntaxe est pas bonne, ou corriger mes fautes, justement) [/HRP]

_______________________________

Couleur RP : #006666



Cadeaux. Merchi. ♥ :
 
Féminin Messages : 419
Age : 18
Localisation : Au QG du Bataillon.
Métier : Caporal-chef et chef de l’escouade d’opération spéciale.
Humeur : Stoïque.

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 6110
Informations:
Caporal-chef
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au-delà du masque... Sam 26 Déc - 22:24
Cécilia Sarivan

Cécilia était une fille qui se plongeait facilement dans ses songes, quelque soit leur nature. Elle le faisait souvent, non pour contenir ses émotions, même pendant un bref instant, mais, au contraire, pour les laisser s'exprimer, mais le plus silencieusement possible. Dans ces moments-là, elle se trouvait dans sa bulle, perdant peu à peu conscience de ce qui l'entourait. Il faut dire qu'il y avait rarement quelque chose pour la déranger lorsque cela arrivait. Elle était la plupart du temps seule, soit dans sa chambre, soit dehors, dans un coin tranquille, pour laisser son cœur parler. C'était le genre de chose que l'on pouvait difficilement faire devant les autres, ne serait-ce que par gêne, ou même par crainte. En effet, comment ne pas être prise pour une folle lorsque l'on se met soudainement à chanter, à jouer ou à dessiner des choses très peu joyeuses, voire désespérées, sans raison apparente, souvent en pleurant, mais en gardant un visage anormalement doux et serein ?
C'est pour cela que la jeune Sarivan ne s'attendait pas du tout à entendre une voix derrière elle.

« - Tu as une jolie voix. »

Une voix froide et calme, mais assez claire et forte pour la tirer brusquement dans ses pensées avec un sursaut et un petit cri étouffé. La surprise avait été telle que son crayon et sa gomme étaient tombées de ses mains, rejoignant l'herbe humide au sol, sans un bruit.
Sous l'effet de surprise, la soldate se retourna brusquement vers la source de la voix.
Elle vit alors un homme, plutôt bien habillé, s'approcher d'elle.
Et, malgré sa tenue et le fait qu'elle ne l'ait jamais réellement rencontré, la rouquine reconnut rapidement cette personne.

Le Caporal-chef Levi...

En effet, il n'était pas dur de deviner qui il était lorsque l'on avait déjà entendu parler de lui. Avec sa taille, son regard froid et son aura intimidante, le caporal était reconnaissable entre mille. Il lui était arrivé une ou deux fois de le croiser dans le QG, et elle pouvait clairement dire que l'on se faisait tout petit près de lui, sans mauvais jeu de mots, bien entendu.
Pourtant, malgré cette aura intimidante qu'elle ressentait, malgré ce visage calme et ce regard froid, l'adolescente ressentait aussi autre chose provenant de cet homme. Une chose étrange, qu'elle avait du mal à définir, et qui, pourtant, lui semblait familière.
Une chose qui l'empêchait de sentir intimidée...
C'est pourquoi, cette fois, elle osa le regarder, sans baisser la tête. Elle le regarda s'approcher d'elle, sans lui lancer le moindre regard, puis la dépasser, pour aller s'adosser à un arbre face à elle, à environ cinq ou six mètres.
Ce n'est que lorsque son supérieur posa son regard sur elle que Cécilia se décida à faire quelque chose. Rapidement, elle sécha la trace qu'avait laissé la larme sur sa joue, reprenant son air habituel au sein du Bataillon, calme et neutre.

« - Votre compliment me touche... dit-elle d'une voix calme en posant son carnet à côté de son crayon et sa gomme tombés plus tôt. Je vous remercie... »

La jeune Sarivan se redressa pour se mettre debout, face au caporal, et s'adossa de nouveau contre l'arbre. Elle ne chercha pas à s'approcher de lui d'une quelconque manière. La distance entre eux lui semblait logique, puisqu'ils étaient presque de totales inconnus l'un pour l'autre. Et puis, s'il l'avait choisi de lui-même en se mettant contre un arbre à plusieurs mètres d'elle, quelles raisons aurait-elle de protester ?
Un silence s'installa entre les deux membres du Bataillon d'Exploration, silence durant lequel la rouquine plongea son regard, qui n'exprimait qu'un calme olympien, dans celui, froid et neutre, de son interlocuteur. De nouveau, elle eut cette sensation étrange, comme un sentiment de déjà-vu dans ses prunelles.
Il était étrange de voir les deux personnes se regarder. D'un côté se trouvait une jeune femme à l'air quelque peu faible, vêtue uniquement d'une chemise de nuit et de bottes en peau, et dont la chevelure rousse et frisée, presque sauvage, formait une cascade de boucles autour de son visage. De l'autre se trouvait un homme, un peu plus grand que la jeune femme, à l'air froid et intimidant, habillé bien plus chaudement, dont la coiffure donnait une image d'être humain bien plus soigné que la normale.
Nous avions donc deux êtres qui, à première vue, semblaient totalement opposés l'un à l'autre, et dont le seul point commun était le calme qu'exprimaient leurs deux visages.
Et pourtant...

« - Il est rare de voir du monde encore debout à une heure aussi tardive de la nuit... reprit la jeune soldate. La lune serait-elle assez ronde pour causer du tort à votre sommeil ?... »

Non, ce n'était pas ça. Elle en était sûre. Cette sensation étrange qu'elle avait en le regardant le lui criait.

_______________________________


Real heroes don't have to fight.


#94C1DF
Féminin Messages : 138
Age : 18
Métier : Soldat

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 6 275
Informations:
Soldat
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Au-delà du masque...
Contenu sponsorisé
Au-delà du masque...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au-delà du masque...
» Masque Africain (gouache)
» masque de parafine
» Le masque de fer
» L'homme au masque de fer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan - Shingeki no Kyojin :: QG du Bataillon d'Exploration-
Sauter vers: