AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|
MessageSujet: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji] Sam 16 Jan - 15:30
Taharka
Il commençait à reprendre conscience, tout d’abord il frissonna, il faisait froid et c’était humide, et ça sentait la moisissure. Rien à voir avec l’intérieur d’une hutte bien sèche et la douce chaleur d’une lampe à la graisse de mouton. Des douleurs traversèrent son corps. Quand il ouvrit enfin les yeux, il vit que ce n’était effectivement pas une hutte caractéristique des nomades. Un étrange bâtiment de pierre qui ne résisterait pas une seule seconde à des Titans curieux. Devant lui des barreaux, il était bel et bien enfermé dans une cellule. Il remarqua qu’on lui avait mis des vêtements qui semblaient être usés, une chemise et un pantalon à la place de son pagne. Mais ce qui inquiétait le plus Taharka c’était de savoir où était passé son partenaire Wah. La réponse fut très rapide à arriver car l’homme vit que le shifter était en face. Et ce dernier avait plus de mains et de pieds mais ils étaient en train de se régénérer, et par la même occasion il avait arraché ses vêtements pour ne garder que son pagne. Monsieur n’avait pas perdu son temps et ne s’était pas transformé ayant visiblement compris que si il le faisait, il écrasait son «grand- frère ». Ce shifter ne supportait pas des vêtements. Taharka avait remarqué qu’il était enchainé et son avant bras était enflé et le faisait affreusement souffrir. Il devait être cassé et il n’avait pas encore reçu de soins pour son bras et ses blessures. Wah avait de la chance, il pouvait se régénérer.

Mais si ils étaient là, c’était à cause de ce traître de Flish. La chamane avait décidé de laisser une seconde chance à Jyphiès et lui pour qu’ils puissent réintégrer les guerriers. Et ils allaient faire une expédition après l’apparition du Titan Colossal pour pouvoir voir si la porte était dégagée pour aller dans la seconde muraille. Ce fut Taharka désigné pour accompagner Flish au plus grand malheur de celui-ci. Ils partirent en direction du sud de second Mur avec leurs Titans. Sur le chemin, Taharka avait attrapé une chèvre qui s’était un peu trop éloigné du troupeau. Il l’avait gardé le temps qu’ils aillent au Mur avant de retourner au campement la ramener à son troupeau. Mais ils ne rejoindront jamais le village. Ils arrivèrent devant la porte qui était censé avoir été détruite par le Titan Colossal et ils furent surpris de voir que le Mur avait été rebouché par un énorme rocher. Comment les hommes des Murs avaient pu faire ça, normalement, ils n’étaient pas censés avoir des shifters et il aurait fallu au moins cinq Titans pour déplacer un tel rocher. Devant ce rocher, quelques chevaux étaient présents … et en haut des Murs des soldats. Et ces derniers avaient repéré les Titans. Taharka avait déjà donné l’ordre à Wah de fuir, mais dans son élan, le Titan reçu un croch-patte de la part de Jyphiès et chuta. Flish adressa un sourire narquois avant de partir.

« Adieu les bouseux !!! Je vais dire à tout le monde que vous êtes morts ! »


« La chamane saura que c’est toi, elle le saura par les Esprits. Tu ne peux pas leur mentir ! »


« Pfff … Quels esprits ! Je ne crois plus à ces sornettes ! »

Ils disparurent. Wah n’eut pas le temps de reprendre ses esprits et de se lever, que les soldats étaient déjà sur eux. L’un d’eux avait déjà tranché la nuque de Wah laissant ressortir le shifter. Taharka prit une lance sentant son bras trop douloureux pour l’arc et la pointa vers les soldats.

« N’approchez pas de ce Titan ! On est pas vos ennemis ! »


Les soldats semblaient pas comprendre. Après Taharka reçu un coup sur la tête et plus rien. Après réveil dans cette cellule puante. Deux soldats, un homme et une femme passèrent devant les cellules de leurs deux prisonniers. Il portaient la même tenue que les cavaliers qui sortaient parfois sur le territoire des Titans sauf qu’à la place des ailes sur leur veste, il y avait des roses rouges. Probablement que ces hommes avaient différentes classes de guerriers. L’homme s’adressa à Taharka dans une langue étrange.

« Tiens t’es enfin réveillé ?! Tiens, j’ai jamais vu des tatouage pareils …»


La plupart de ces hommes étaient blancs rien à voir avec la peau sombre des nomades. Taharka fit un regard dédaigneux au soldat qui l’ignora. Le type se tourna vers Wah qui se recula au fond de sa cellule.

« C’est pas possible ! Tu as encore arraché tes fringues ! Pff … je crois qu’on va te laisser comme ça pour le moment … »

Pauvre Wah, Taharka pensait que le type râlait à cause du fait que le shifter s’était déshabillé. Puis s'ils voulaient vêtir Wah, c'était pas gagné, déjà que Taharka lui-même n'y arrivait pas malgré sa complicité avec le jeune shifter. Les deux soldats se détournèrent de leurs détenus. Une autre personne arriva, une jeune femme.

« Hanji Zoe du Bataillon d’Exploration vient d’arriver ici. Elle est là pour les deux prisonniers. On a montré où on a mis l’arc et l’équipement du Titan. Mais elle tenait absolument à voir les prisonniers ! Vous savez quand ça parle de Titans … D’ailleurs faites gaffe elle est particulièrement remontée ! »


Ils entendirent des bruits de pas dans le couloir. D’autres personnes arrivèrent et les soldats se raidirent, à leur visage gênés ceux qui venaient vers eux devaient être des cas. Taharka voulu voir ce qu’il se passait mais ses chaines le retenait et si il demandait à Wah le shifter ne lui donnerait aucune réponse. Ce dernier semblait avoir vu le visage craintif des soldats et s’était tassé au fond de sa cellule les membres encore fumants. Taharka chuchota quelques mots à Wah.

« Ne t’inquiètes pas, ça va aller … »


Une autre question que se posait Taharka était ce qu’ils avaient fait du harnais à Titan, de l’arc, du poignard et de la chèvre car dans sa chute Wah était tombé sur le ventre et la chèvre était attachée au dos du Titan et avait dut survivre mais n’avait pas été détachée quand les soldats ont attaqué. Pas impossible qu’ils aient tué la bête car elle ne leur apporterait pas grand-chose mis à part un peu de viande, quelques os, un peu de cuir et de la graisse. Chez les nomades, quand on tuait un animal, on pouvait être sûr que rien de serait jeté de sa carcasse. La viande était consommée, les os servaient dans la fabrication de divers objets, la peau pour des vêtements, selles et harnais et enfin la graisse pour les lampes. Seule la tête était enterrée en signe de respect pour l’animal qui donnait sa vie pour la survie du clan.

L’homme grimaça à cause de son bras qui le faisait souffrir, pourquoi n’était-il pas un shifter capable de se régénérer. Et pourquoi avait-il fallu que ça tombe sur eux. Taharka espérait revoir un jour son clan et être de nouveau libre, un rêve bien illusoire …

Note : Les paroles en italique sont des paroles des nomades dont la langue est différente de celle qu'on parle au sein du Mur.
avatar
Messages : 23
Age : 22

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 0
Informations:
Pillard nomade & archer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji] Jeu 21 Jan - 1:54
Hanji Zoe

"Haaaaan … il est seulement 10h30..."

Comme tous les jours, Hanji attaquait ses matinées à rédiger des rapports. Sur ses expériences, sur ses missions, sur les ordres divers et variés, et quelquefois loufoques, qu'elle donnait à faire à son escouade. Et comme tous les matins, elle passait plus de temps à se plaindre qu'autre chose. Soupirant, se lamentant, jouant à faire rouler ses crayons sur le bureau, de façons parfois très originales... Le tic tac de la pendule, amplifiant inlassablement l'air pesant de la pièce, semblait avancer à demi-mesure. Et comme toujours, la dure et pénible tâche de surveiller notre chère scientifique, revenait à ce pauvre Moblit. Quand il n'était pas simplement obligé de supporter ses râleries, il devait lui courir après, suite à une habile évasion de cette dernière. Ce qui arrivait, un peu trop souvent à son goût.

Mais ce jour-là, sa corvée fut plus courte qu'à l'accoutumé. Alors qu'il gardait un œil sur sa Chef, affalée sur son bureau, un soldat frappa à la porte. Il portait une lettre fraîchement arrivée de la Garnison. Hanji leva un œil las vers ce dernier, puis détourna son regard vers Moblit, d'un air de pitié, l'implorant de lire la lettre à sa place. Il s’exécuta sans un mot.

" Chef Hanji, je crois que vous devriez lire ça par vous même !"

Il tendit la lettre à sa Chef, l'air préoccupé, comme s'il sentait une tempête arriver. Hanji, toujours affalée sur son bureau, leva un sourcil interrogateur. Non pas qu'il était inhabituel de voir Moblit dans cet état, mais se faire suite à la lecture d'une lettre officielle ne présageait rien de bon. Elle prit cette dernière et lu rapidement, quand d'un bond, elle fit valser sa chaise loin derrière. La surprise, la joie et la rage, s’entremêlaient sur son visage. Elle sortit immédiatement de son bureau et parcouru les couloirs du QG, en trombe.

" ERWIN !!! "

Les portes du bureau du Commandant claquèrent bruyamment sur les murs. Erwin en pleine rédaction de courriers, n'eut pas besoin de relever la tête pour savoir qui était à l'origine de tout se tapage. Comme à son habitude, Hanji était l'une des seules personnes à se permettre de rentrer aussi promptement dans son bureau.

" Bonjour Hanji ! Que me vaut ce plaisir ? "

Hanji s'avança d'un pas lourd jusqu'au bureau d'Erwin, et claqua la lettre devant celui-ci, faisant voler ses papiers. Il soupira et regarda la jeune femme d'un air exaspéré.

" Dis-moi que tu n'étais pas au courant ! "

Erwin posa les yeux sur l'objet du délit et entreprit de le lire calmement. Il comprit vite de quoi il en retournait et ce qui était à l'origine de l'agacement de sa subordonnée.

 
 

 
Hanji Zoe
QG du Bataillon d'exploration
TROST

 
Capitaine Kitz Wehrman
QG de la Garnison
TROST

 
A l'attention du Capitaine Hanji Zoe,

 
P
ar cette présente lettre, je viens vous rendre compte des faits suivants.

Le Chef Mitabi Jarnach et son escouade, ont procédés à l'arrestation et à la capture de deux individus, le soir du jour x. Ces derniers ont étaient appréhendés à l'extérieur du mur Rose et à proximité de la porte extérieure de Trost. L'un d'entre eux présente des caractéristiques identiques à celle du prévenu, Eren Jaeger.

Les détenus sont incarcérés dans l'un des bâtiments de la Garnison, se situant 9 lieues au nord-est-quart-est de Trost, aux abords de la ville de Jinae.

Au vu de l'implication du Bataillon dans l'affaire "Eren Jaeger", une collaboration entre nos services m'a semblait être de rigueur pour cette affaire.

Merci de bien vouloir apporter cette présente lettre à l'équipe dépêchée sur place, lors de votre éventuelle venue.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Capitaine Hanji Zoe, mes sincères et respectueuses salutations.
Capitaine Kitz Wehrman .
© sobade.



" Je n'étais pas au courant. "

" Non mais je rêve ! Je rêve !! Tu as lu ?! Ils ont capturés un titan shifter !! un TITAN SHIFTER ! Depuis hier soir bon dieu ! Et ils ne me préviennent que maintenant ? T'as vu l'heure qu'il est ?!"

" Hanji... "

" Le temps que je prépare mon cheval, que je traverse Trost, que j'aille jusqu'à leur fichu bâtiment perdu au milieu d' la cambrousse, ça sera déjà le milieu de l'après-midi !!! Aaaarg !! Mais quelle perte de temps !! "

" Hanji, calme toi... "

" Et t'as vu ça ?! Une collaboration entre nos services m'a semblait être de rigueur pour cette affaire. M'a semblait ?? Comme si c'était pas évident !! A-t-il la moindre idée de l'importance de cette découverte !? "

" HANJI ! Ça suffit !... Je suis tout aussi surpris que toi par cette nouvelle. Mais je te prie de te calmer immédiatement. De plus, comment veux-tu qu'ils te préviennent avant ?  "

Erwin n'était pas du genre à s'énerver de la sorte, mais le fait que cette lettre ne lui avait pas été adressé directement, l'avait quelque peu agacé. Hanji se calma direct, dès qu'il éleva la voix, c'était rarement bon signe. Ils discutèrent ensemble des directives à adopter. Erwin rédigea une lettre à l'attention de la Garnison, donnant de son côté, les pleins pouvoirs a Hanji pour cette affaire. La lettre en poche, son cheval harnaché, ni une ni deux, Hanji détala sans demander son reste. Nul besoin de préciser que Moblit faisait partie de l'aventure. C'était un gage de sûreté de l'avoir au côté d'Hanji, surtout quand il s'agissait de titan.

Après avoir galopé pendant pratiquement trois heures, Hanji ayant voulu prendre un "raccourci", ils arrivèrent enfin à destination, grâce à Moblit. Le bâtiment se situant un peu à l'écart de la ville, ne payait pas de mine, il n'était pas très grand, avec de vieilles pierres apparentes, semblable à l'ancien QG du Bataillon, où se trouvait actuellement Eren. Il était également pourvus d'un étage, d'une petite tours de garde et d'un grand portail en fer. Hanji descendit de son cheval et se précipita vers les gardes à l'entrée, leur plaquant la lettre sur le torse.

" Titan ! Maintenant ! "

Toujours pas calmée de la matinée, en plus d'en avoir remis une couche en se perdant, Hanji était maintenant plus qu'impatiente de rencontrer ces fameux individus, et surtout ce titan-shifter. Moblit dut donner une explication un peu plus civilisée aux gardes, sur la raison de leur venue. Après avoir fait appeler l'officier en poste, qui les salua et pris bien le temps de lire la lettre, celui-ci escorta nonchalamment Hanji et son lieutenant à l'intérieur du bâtiment.

Derrière la robuste porte en bois qui gardait les lieux, s’étendait un grand hall, haut de plafond, avec en son centre, 2 tables accolées. Sur lesquelles étaient accoudés des soldats, qui reconnurent tout de suite la jeune femme. Ce qui occasionna quelques bavardages peu discrets " C'est elle non ? La folle du bataillon ! " . Hanji habituée, ne s'occupa pas de ces pauvres ignares et continua sa rapide inspection. Sur la droite, un bureau et à gauche, ce qui ressemblait à des cuisines. Deux escaliers, de chaque côté du hall, menaient à l'étage via une petite passerelle, plusieurs portes étaient visibles, donnant sans doute sur les quartiers des soldats. Et pile en face de la porte d'entrée, une grille donnant accès à une autre partie du bâtiment, ce qui ne manqua pas d’intriguer Hanji.

Mais pour l'heure, l'officier les conduisit dans son bureau. Il y avait tout un tas d'étagères pleines à craquer et un peu partout s'empilait de la paperasse, des livres et diverses choses, parfois non-identifiables. Une chose est sûre, c'est que Levi aurait eu une crise cardiaque en entrant ici... En plus du bordel, il était fort visible que le ménage n'était pas fait très régulièrement, mais cela ne choqua nullement notre scientifique, son propre bureau n'étant pas plus reluisant.

" Voici les équipements trouvés sur les deux individus. Des armes et un genre de harnais. Oh ! Il y avait une chèvre aussi, mais … à l'heure qu'il est, elle doit sûrement mijoter tranquillement dans un ragoût !

Hanji ne prêta pas attention à cette dernière remarque, et regarda lesdits équipements. Il y avait un long arc à double-branches, de ceux que l'on peut voir dans les quelques livres d'histoire restants, datant de la période pré-murs. Il y avait également des flèches, aux pointes taillées à première vue dans du silex, ainsi qu'un petit poignard, taillé dans le même genre de pierre. Le matériau utilisé pour la poignée avait l'air d'être en os, elle-même gravée d'un genre de scène de bataille. Des lanières de cuir lui servaient de garde. Mis en vrac à même le sol, il y avait le fameux harnais annoncés. Hanji souleva cette curiosité, démêlant tout un tas de lanières et de sangles faites de cuir, de tissu et de fibre végétale, auxquelles était relié un harnais en peau, visiblement de vache vu la couleur. Sur ce dernier était également fixé un carquois et deux autres lanières, toujours en cuir, qui devaient servir d'étriers vu leur emplacement. Hanji inspectait rapidement tout ce petit matériel, qui semblait venir d'un autre âge, mais bien que cela fût fort intéressant, elle n'était pas venue pour cela...

" C'est bien beau tout ça, mais... Où sont les individus en question? Où est le titan shifter ? Je ne suis pas venue ici pour jouer à la dînette ! "

D'un ton sec et agacé, Hanji, regardant l'officier par-dessus ses lunettes, le visage fermé, demanda à voir immédiatement la vraie raison de sa venue. L'officier, un peu déstabilisé du regard froid et pesant de la scientifique, se plia à sa demande sans tarder, envoyant une soldate avertir l'équipe sur place de leur arrivée.

Hanji et Moblit suivirent l'officier derrière cette fameuse grille du hall, où un escalier courbe, ouvert sur un petit hall, menait au centre de détention proprement dit. Une fois en bas, ils durent franchir un second sas et traverser un long couloir où plusieurs cellules se succédaient les unes à la suite des autres. Elles étaient pratiquement toutes occupées, allant du petit voleur à l’étalage, jusqu'à la grosse pointure. Il y faisait relativement sombre, les seules sources de lumière provenant des quelques petites fenêtres et torches.

" Vous allez nous balader encore longtemps comme ça ? "

" N-non, nous sommes presque arrivés. "

Arrivé au bout du couloir, l'officier fit ouvrir une petite, mais lourde porte en fer, donnant sur un autre escalier. Le bâtiment était bien plus grand qu'à première vu, parce qu'il ne possédait non pas un, mais deux sous-sols, qui s'étendaient visiblement plus loin que la structure externe de la bâtisse. L'escalier en colimaçon, était très étroit, impossible d'y passer à deux, ce qui donnait une sensation de confinement désagréable. Cette partie était beaucoup moins grande que le reste. Un couloir central assez large, deux alcôves profondes de droite et de gauche, ouvertes sur des tables d'un coté et une salle de torture de l'autre. Les murs humides étaient recouverts en partie de moisissures., il y faisait très sombre, et le froid dominant était vraiment désagréable. Tout comme cette puanteur certaine, qui émanait des latrines. Un peu plus reculé, deux cellules, l'une en face de l'autre, gardées par deux soldats, plus la troisième qui venait d'arriver. Ils n'étaient pas vraiment à l'aise en voyant s'avancer la fameuse "folle" du Bataillon.

Hanji ayant compris qu'elle était enfin arrivée à destination, se précipitât à la cellule en face des soldats, celle qui refermait le titan shifter. Ne se préoccupant pas le moins du monde de ces derniers, elle se jeta littéralement sur les barreaux, les yeux dilatés, le souffle lourd, son visage se tordant d'exaltation en voyant le shifter. Cette même tête qui lui valait, entre autres, ce surnom de "folle". Moblit salua les soldats sur place et resta en retrait.

L'homme dans la cellule était assez jeune d'apparence, la peau très mate, des tatouages un peu partout sur le corps. Oui, elle pouvait les avoir remarqués, car le shifter était pratiquement nu comme un vers. Il ne portait qu'une sorte de pagne, qui s'accordait avec l'aspect général des équipements, examinés un peu plus tôt. Cette tenue laissait par ailleurs voir, que le jeune homme n'était pas bien costaud, il avait un corps assez maigrelet même. Mais ce qui frappa le plus Hanji, c'était les extrémités de ses membres arrachés, enfin du moins elles l'avaient été, car étant un shifter, celles-ci étaient en train de se régénérer. De la même façon qu'Eren et que les titans en général d'ailleurs, une fumée se dégageait des plaies, se cicatrisant au fur et à mesure. Il était complètement apeuré et se blottissait tant bien que mal, au fond de sa cellule, essayant de se cacher de la vue de la femme. Profondément excitée par ce titan shifter, Hanji fit volte-face brusquement vers les gardes, son visage changeant du tout au tout, devenant plus sombre et sévère, presque menaçant.

" Et ?! Pourquoi est-il dans cet état ? Je ne pense pas que vous ayez l’autorisation d'exécuter quelques "expériences" sur lui ? Je suis la seule accréditée à cela, et je n'aime pas qu'on touche à MES sujets. J'attends une explication ! "

Les soldats firent un léger mouvement de recul simultanés, chacun jetant un coup d'oeil à l'autre, en se demandant qui aller bien pouvoir faire face à la scientifique. L'un d'eux pris les devants, sans être pour autant bien rassuré, et se mis au garde à vous pour répondre.

" Nous n'avons rien fait, Capitaine. Il se les est arraché lui-même... ainsi que ses vêtements... "

Hanji le fixait sans dire un mot et détourna son regard vers le second individu, détenu dans la cellule juste en face. Elle se rapprocha plus tranquillement, et commença à l'inspecter. Des caractéristiques physiques quasi-identiques au premier, il était cependant plus âgé, des cheveux longs et crasseux attachés haut, et bien que ce dernier avait des vêtements plus classiques, on pouvait entrevoir qu'il possédait également des tatouages. Pieds et poings enchaînés au mur, lui empêchant tout mouvement. Hanji remarqua que son avant-bras était boursouflé et violacé, ce qui laissé présager une éventuelle fracture.

" Et lui ? C'est un titan shifter ?! Il était avec l'autre ? Il portait ces vêtements quand vous l'avez attrapé ? Quel est son nom ? Ses origines ? Les raisons de sa présence hors des murs ? … "

Hanji enchaînait les questions à un rythme soutenu, ne laissant pas le temps au soldat de répondre convenablement. Quand il en eut l'occasion, l'officier repris la parole et l'informa du pourquoi du comment. Comme décrit dans la lettre, ils avaient été capturés près de la porte extérieur de Trost. L'homme gisait à côté du shifter, qui venait de chuter. Le shifter portait le harnais sur son épaule, ce qui laissait à penser que l'homme devait le "chevaucher", sans doute la raison de son bras cassé. A son arrivée, il portait un pagne comme l'autre, mais pour des raisons d'éthique, ils lui avaient mis des vêtements plus conventionnels. Et concernant le nom et toutes autres informations non physiques ou matérielles, ils n'avaient pas encore eut l'occasion de vraiment les interroger, l'homme venant à peine de se réveiller, et le shifter n'ayant pas dit un seul mot. L'officier fit une remarque qui stupéfia Hanji. Lors de leur détection, ils n'étaient pas seuls. Peu avant leur chute, ils avaient été aperçus avec un autre titan, qui lui, c'était enfui. Aucune indication sur un éventuel aspect physique similaire ou un quelconque lien, les événements étant arrivés peu après la tombée de la nuit. Mais le fait qu'il se soit enfui, laissait à penser qu'il s'agissait également d'un shifter.

" Quoi ? Comment ça, il y en avait un autre ? Un autre comme eux? Vous vous rendez compte de l'importance de cette information si elle se révèlait exacte !? Ouvrez moi la cellule ! Je vais commencer par celui-là... "

L'officier refusa dans un premier temps, puis finit par céder, Hanji ne lui aillant pas vraiment laissé le choix. De toute façon, elle avait les "pleins pouvoirs" concernant cette affaire. Il lui ouvrit donc la grille de la cellule, Moblit lui demandant de rester prudente et de ne pas trop s'approcher. Hanji s'avança vers le détenu, et s’accroupit pour être à sa hauteur. Elle le fixa dans les yeux, essayant de déceler une quelconque émotion. Elle avait repris un visage plus calme, ne voulant pas déstabiliser l'homme dés le départ.

" Bonjour. Je suis le Capitaine Hanji Zoe, du Bataillon d'exploration. Quel est ton nom et qui es-tu ? "

Pas de réponse. Hanji insista en réitérant la question, par un simple " Ton nom ? " . Mais toujours rien... Elle regarda l'homme et à y réfléchir, peut être ne parlait-il pas notre langue ? Ses vêtements, son équipement, son apparence, tout semblait sortir tout droit d'un autre temps, alors cette éventualité n'en était peut être pas une. Elle songea à un moyen d'arriver à communiquer. Captif, blessé, et ne comprenant pas un mot... Il fallait déjà trouver un moyen de gagner un peu sa confiance.

" Ok, on va essayer autrement... Donnez-moi de quoi soigner sa blessure ! "

" Chef Hanji … vous pensez vraiment que c'est une bonne idée ?! … "  

" Ne t'inquiète pas Moblit, je sais ce que je fais. Et puis il ne pourra pas me faire grand chose vu dans l'état où il est ! "

L'officier donna l'ordre à un soldat d'apporter des bandages, une attelle et de l'alcool pour le Capitaine. Moblit entra dans la cellule pour les lui donner, et resta à côté d'elle, au cas où... Hanji rapprocha ses mains de l'homme, lui faisant un signe de tête de sorte à ce qu'il comprenne ses intentions. Moblit lui détacha le bras et Hanji examina la blessure avec attention. Ce n'était qu'une fêlure, il s'en remettrait rapidement. Elle versa de l'alcool sur une compresse, la lui appliqua et banda le tout solidement à l'aide de l'attelle. Un fois la fêlure consolidée, elle lui donna un peu d'eau, que lui avait apporté Moblit à sa demande. Elle bue en premier pour montrer à l'homme, que ce n'était pas dangereux et lui tendit le verre. Après quoi Hanji reposa calmement sa question, en l'accompagnant de gestes pour essayer au mieux de se faire comprendre.

" Bien reprenons. Ton nom ?!  … Moi, Hanji ! Toi … ? "

_______________________________

YAHOOOOOO~~ ! Allons attraper des Titans~~ !!
*:.。.o(≧▽≦)o.。.:*

-=≡|| Tous mes petits secrets sont ici ! ||≡=-
avatar
Féminin Messages : 220
Age : 35
Localisation : Si vous voyez Moblit courir et crier, c'est que je ne suis pas loin...
Métier : Capitaine / Chef d'escouade / Gère le pôle Recherches du Bataillon
Humeur : Joviale

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 4 735
Informations:
Chef d'escouade
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji] Jeu 21 Jan - 23:41
Taharka
Deux personnes arrivèrent. La première chose que Taharka pu voir étant le fameux blason représentant des ailes caractéristiques des cavaliers que les nomades voyaient régulièrement et qui laissaient nombre de matériaux et cadavres après leur passage. L’un d’eux était une femme particulièrement excitée et nerveuse. Elle se précipita devant la cellule de Wah s’accrochant aux barreaux violement. Taharka vit le shifter pétrifié d’effroi qui s’était mis en boule dans un coin de la cellule. Le deuxième soldat, un homme se tenait un peu en retrait et semblait bien plus calme. La femme se retourna la mine sombre vers les autres guerriers.

"Et ?! Pourquoi est-il dans cet état ? Je ne pense pas que vous ayez l’autorisation d'exécuter quelques "expériences" sur lui ? Je suis la seule accréditée à cela, et je n'aime pas qu'on touche à MES sujets. J'attends une explication !"

"Nous n'avons rien fait, Capitaine. Il se les est arraché lui-même... ainsi que ses vêtements..."

Taharka ne comprenait pas vraiment ce que disait ces gens, il était probable qu’elle râlait à cause de l’état de Wah. Puis la femme détourna son regard vers lui. Taharka était plus calme que Wah mais restait nerveux. Il souffrait, était attaché et enfermé dans cet endroit puant. Puis dans son état il ne survivrait pas longtemps. Une blessure non-soignée signait l’arrêt de mort pour un nomade. Et si il venait à mourir, Wah ferait tout pour se donner la mort. Le lien entre un guerrier et son partenaire shifter était très fort et se faisait à vie.

Elle posa nombre de questions aux autres. Du moins, son ton le laissait suggérer. Taharka comprenait rien bien sûr et de la voir hurler lui donnait mal à la tête. Et pourtant il avait participé à des beuveries festives de guerriers et aux acclamations lors des courses de Titans et ça donnait pas autant la migraine. Taharka l’imaginait très mal avec un shifter, ou du moins il devait être patient ou sourd. Elle demanda quelque chose à l’homme qui les surveillait et ce dernier refusa dans un premier temps, mais le fait qu’elle insiste le fit céder et elle ouvrit enfin la cellule de Taharka. L’archer demanda à Wah de lui souhaiter bonne chance. Le shifter s’était timidement approché afin de mieux voir ce qu’il allait se passer. La femme s’était calmé elle s’approcha de lui, l’autre homme qui l’accompagnait lui dit quelque chose. Elle restait concentrée accroupie devant Taharka.

"Bonjour. Je suis le Capitaine Hanji Zoe, du Bataillon d'exploration. Quel est ton nom et qui es-tu ?"

Taharka ne comprenait rien de ce qu’elle disait. Leurs langues étaient tellement différentes. Même des tribus plus éloignées avec une langue qui différait étaient plus compréhensibles. Taharka ne pouvait rien lui dire et pour cause il ne comprenait rien du tout. Elle insista disant qu’un mot mais rien que ce mot, Taharka ne le comprenait pas. Il avait les yeux écarquillés. Si ça se trouve elle s’appelait « Ton’nom », si c’était le cas c’était vraiment un nom étrange, même pour une étrangère. Mais bon, avec ces hommes qui venaient des Murs et qui étaient si différents, fallait s’attendre à tout. La femme appela les autres. Puis l’homme qui était venu avec elle entra à son tour dans la cellule avec des bandages, ce qui s’apparentait à une attelle mais elle n’était pas faite de cordes, branchages et os, puis une bouteille. L’homme resta à côté d’elle. La femme fit un signe de tête à Taharka. L’homme se méfia un peu, mais il n’avait pas vraiment le choix que de se laisser faire. Et si ça pouvait soulager sa douleur. L’homme qui accompagnait la guerrière détacha le bras cassé du prisonnier qui senti déjà un soulagement de ne plus avoir son bras en l’air. Elle commença à examiner le bras. Taharka grimaça quand on lui appliqua l’alcool, ça piquait mais c’était un peu comme l’alcool de plantes que la chamane appliquait sur des blessures. Elle banda ensuite le tout et mit l’attelle. Elle prit ensuite une bouteille et versa dans un petit verre. Oui, il était minuscule comparé aux grands gobelets en céramique des nomades. Elle but une première gorgée et tendit le verre à Taharka. Bon, si elle en buvait elle n’était pas empoisonnée. Il prit timidement le verre avant de boire quelques gorgées car il avait vraiment soif. Après qu’il fut désaltéré, la femme repris la parole et cette fois avec des gestes.

"Bien reprenons. Ton nom ?! … Moi, Hanji ! Toi … ?"

Bon, quand elle avait dit « Hanji » elle s’était montré, donc c’était sans doute son nom. En tout cas c’était toujours mieux que « Ton’nom ». Ensuite elle avait pointé le doigt vers lui ce qui voulait sûrement dire qu’elle voulait connaitre son nom. Avec des gestes ça allait tout de suite un peu mieux. Taharka se désigna à son tour.

"Taharka … !"


Il désigna ensuite le shifter qui regardait à travers les barreaux sans être collé à eux de peur des autres soldats.

"Wah … !"

Il devait leur demander que Wah soit à ses côtés. Il leur demanda timidement le tout avec des gestes pour essayer de se faire comprendre, pas sûr qu’ils capteront tout. Il leur fit la demande à l’aide de gestes.

"Wah … ici …, il a besoin de moi …"

Il regarda Wah et il remarqua les soldats devant sa cellule grimacer de dégoût et à voir une tâche humide sur le pagne du shifter, Taharka avait parfaitement compris de quoi il s’agissait.

"Pouah, il s'est pissé dessus ce gros dégueulasse …"

Fallait qu’il se fasse remarquer celui-là … Si il aurait été avec lui, ça ne serait pas arrivé.
avatar
Messages : 23
Age : 22

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 0
Informations:
Pillard nomade & archer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji] Dim 24 Jan - 4:45
Hanji Zoe
Hanji avait pris soin de bien articuler en re prononçant la même courte question et en y répondant en donnant son propre prénom. Elle avait jugé bon de se désigner au moment de dire son nom, de sorte à ce qu'il comprenne ses intentions. Puis l'avait pointé du doigt en espérant que ça fasse mouche.

 " Ta-al'ka …" 

*Bingo !* Visiblement, il avait compris. Un premier pas dans cette rencontre peu anodine. Cependant, Hanji avait eu un peu de mal à comprendre, la prononciation était différente. Elle avait cru entendre "Ta-al-ka" , mais le "l" était prononcé avec un léger roulement, comme si c'était entre le "l" et le "r". Dans le doute, ça serait "Talka" ! Drôle de nom, ça ressemblait à talc, à cette pensée Hanji rigola intérieurement, mais fut coupé dans son élan quand "Talka" montra en direction du shifter, qui s'était quelque peu rapproché des barreaux de sa cellule.

 " Oua …" 

*Ouah ?? Quoi Ouah ? Il essaye de me dire que c'est son "chien" ?* Hanji, regardait le shifter perplexe, avec sa tête de "j'ai pas compris". Visiblement, ce nouveau mot prononcé était sujet à un nouveau délire de cette dernière. Mais comme ils étaient en train de se présenter, elle en déduit rapidement que "Oua" n'était pas fait pour le désigner comme étant son chien, mais comme étant le nom de ce dernier. Ce qui parut plus normal après tout... Bien que ne connaissant pas les mœurs de ces hommes, il se pourrait aussi qu'ils considéraient les shifter comme des animaux, ils s'en servaient bien de monture apparemment. Et c'était sans compter sur notre folle pour divaguer en une fraction de seconde, en se disant que Levi se comportait avec Eren, comme le faisait un maître dressant son jeune chiot. Hanji gloussa, à cette nouvelle idée, sous le regard exaspéré de Moblit qui s'imaginait vaguement ce qu'il se passait dans la tête de sa Chef, Hanji aillant un humour mentalement très bas... Puis c'est timidement, que "Talka" repris la parole en accompagnant ses mots de gestes, tout comme l'avait fait le scientifique.

 " Oua … ᐃᓅᔪ … ᓕᒫᑦ ᐊᓂᖅ ᑐᖁᑎᖃ ... " 

Hanji regarda l'homme à ses côtés, surprise et complètement déroutée, la bouche et les yeux grand ouverts. Elle se tourna vers son subordonné et d'un claquement de doigts lui donna l'ordre ridicule de traduire. Comme si cela était dans les cordes de ce dernier. Non pas que Moblit était le premier des imbéciles, non loin de là, mais personne n'avait jamais entendu ce genre de langue, alors le pauvre aurait bien du mal d'en comprendre n'en serait-ce qu'un mot. Surtout quand celle étant désigné comme la scientifique du groupe, n'en était elle-même pas capable...

 " Ooook... alors là... ? Moblit ! Traduction ! " 

 " Heiiin??! Mais comment voulez-vous que je traduise ça !? … " 

L'homme avait prononcé de nouveau ce qu'Hanji avait déduit comme étant le prénom du shifter, mais le reste était un véritable mystère. Une suite de sons impossible a re prononcer, du moins dans l'immédiat. Mais il avait montré son acolyte et désigné le sol à ses côtés. À quoi cela pouvait-il correspondre ... Hanji réfléchissait à d'éventuelles possibilités, comme *"je veux qu'il ait à boire ?" non "je veux qu'il soit..."*. Pas le temps de cogiter plus, car un des soldats se mit subitement à crier de dégoût, en regardant en direction du shifter.

" Pouah, il s'est pissé dessus ce gros dégueulasse… "

*Ah ben non, il voulait me prévenir qu'il aller se pisser dessus...* Hanji regarda "Talka" et lui fit un signe de tête, en souriant, comme pour dire "ok j'ai compris". Elle n'avait rien compris du tout en fait... Elle se leva et retourna vers la première cellule, demandant à Moblit de rester là où il était, pour faire éventuellement la traduction à distance. Moblit essaya de rassurer l'homme enchainé, en lui faisant signe que tout irait bien, avec les pouces. Pas sûr qu'il sache ce que signifiait les pouces en l'air... Bref, Hanji jeta un œil aux soldats en secouant la tête face à leur imbécillité.

 " Calmez-vous un peu ! Ce n'est que de la pisse, et vu comme vos latrines refoulent, je ne vois pas en quoi ça vous choque... Ouvrez-moi plutôt sa cellule ! " 

Hanji entra et s'avança doucement auprès du j'ai nommé "Oua" , très doucement… Il fallait faire tout de même attention, ce dernier étant détaché, les membres atrophiés certes, mais prudence était mère de sûreté. Hanji se surpris à penser de la sorte, Mobit commencerait donc à déteindre sur elle ? *C'est pas bon ça...* Elle secoua la tête aux diverses pensées bizarres qui lui traversèrent l'esprit, puis se remis dans le bain, si je puis dire. S'il s'était pissé dessus cela ne pouvait être que de deux choses l'une, ou bien qu'il avait vraiment envie de se soulager, ou bien qu'il avait atteint sa limite de stress et de peur. Elle était à moins de deux mètres de lui et s'agenouilla, comme fait précédemment avec "Talka", puis lui parla doucement en réitérant l'utilisation de la gestuelle.

 " Pas grave… juste pipi... Hanji pas vouloir de mal à "Oua"... " 

Elle demanda une couverture aux soldats, ou tout autre morceau de tissu pouvant faire l'affaire. Il était mouillé et vu la température qu'il régnait dans ce sous-sol, il pourrait facilement choper un coup de froid. Bien qu'en tant que shifter, Hanji se demandait si cela était possible... Jusqu'à présent, elle n'avait jamais vu Eren éternuer, tousser ou avoir le nez qui coule en y réfléchissant. Peut-être qu'elle ferait bien de le laisser dans sa pisse et de voir justement s'il pouvait tomber malade… *Ouai mais non, pas comme ça, on testera ça une prochaine fois.* Elle lança le morceau de tissu à "Oua" et lui fit signe de se changer et de se couvrir avec. Enfin, elle essayait de faire en sorte qu'il comprenne cela. Hanji grimaça... Ce n'était pas gagné...
H-RP:
 

_______________________________

YAHOOOOOO~~ ! Allons attraper des Titans~~ !!
*:.。.o(≧▽≦)o.。.:*

-=≡|| Tous mes petits secrets sont ici ! ||≡=-
avatar
Féminin Messages : 220
Age : 35
Localisation : Si vous voyez Moblit courir et crier, c'est que je ne suis pas loin...
Métier : Capitaine / Chef d'escouade / Gère le pôle Recherches du Bataillon
Humeur : Joviale

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 4 735
Informations:
Chef d'escouade
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji] Mer 17 Fév - 22:20
Taharka
La dénommée Hanji hocha la tête montrant qu’elle semblait avoir compris et se tourna vers les soldats puis quitta la cellule de Taharka, mais l’homme qui l’accompagnait était resté aux côtés du nomade. L’homme mit ses pouces en l’air et souria. Taharka n’avait pas compris grand-chose. Il restait surtout concentré sur la femme qui entrait dans la cellule de Wah après avoir engueulé les autres une nouvelle fois. Wah s’était tassé au fond de sa cellule. Pourtant, elle allait peut-être le chercher pour qu’il rejoigne son compagnon. Elle s’approchait très doucement du jeune shifter. Taharka put remarquer que ses mains avaient presque fini leur régénération. Hanji demanda quelque chose aux soldats et ils lui apportèrent un morceau de tissus, bref, de quoi changer son pagne. Elle lui fit un signe de tête que Taharka traduisit comme le fait qu’il se change. Mais Wah ne bougea pas. C’était à Taharka de le faire bouger un peu.

"Wah … change toi … "

Le jeune shifter le regarda et enleva timidement son pagne. Par contre Monsieur ne manquait pas vraiment de pudeur et cela ne choquait pas vraiment Taharka qui en avait l’habitude, en même temps, chez les Nomades la pudeur n’était pas aussi marquée, les gosses en bas âge se promenait souvent à poil après tout. Les chamans racontaient que dans l’Ancien Monde, les gens aimaient beaucoup prendre des bains ensembles et qu’il existait des bâtiments de pierre réservé à ces bains. Et les Nomades avaient repris cette tradition, sauf qu’ils faisaient ça en plein air. Ils connaissaient de plus, quelques sources chaudes vers le Nord. Par contre les soldats tirèrent des moues dégoutés à la vue de ce que Wah avait entre les jambes, à croire qu’ils n’avaient jamais vu ce genre de chose … Décidément, ces gens étaient vraiment bizarres.

"Eh le sauvage ! Tu pourrais pas faire ça plus discrètement, gros dégueulasse !"

Le jeune shifter se stoppa après la remarque. Pas besoin de traduire pour comprendre qu’ils étaient choqués. Si ça se trouvent, ces gens pensaient qu’un shifter n’avait pas de sexe comme son Titan. Dans ce cas, ils devaient vraiment pas connaitre les shifters. Et pourtant le gros rocher devant le trou crée par le Titan géant n’aurait ou être placé que par un shifter. Bon en attendant, si ces derniers ne supportaient vraiment pas la nudité autant dire à Wah de ne pas tenir compte de ces types et qu’il se change.

"Fais pas gaffe à ce que dit ce que dit ce crétin, changes toi, ils râleront peut-être moins ..."

C’est ce que fit Taharka et le jeune shifter continua sa petite entreprise. Wah arracha un morceau de tissus et l’ajusta de sorte à se faire un nouveau pagne. C’est sûr que c’était plus confortable que d’être dans sa pisse. Ceci fait, Wah retourna se blottir au fond de sa cellule se cachant le visage à la vue d’Hanji avec le reste du tissu.

Taharka fit un signe à Hanji de prendre le shifter et l’amener. Il désigna le shifter et fit un geste de main comme pour l’apporter. Vraiment un gros challenge quand on ne parle pas la même langue. Taharka regarda l’homme devant lui. Il avait toujours pas dit son nom celui-là. Mais Taharka cherchait surtout en priorité à avoir Wah à ses côtés. Le jeune shifter serait bien plus rassuré et ça éviterait qu’il se pisse de nouveau dessus après s’être changé. Et d’éviter de contrarier une fois de plus cette bande de chochottes. Ouais, autant appeler un chat, un chat ! Ce types étaient de vraies petites natures, par contre Hanji semblait un peu moins comme ça. En même temps, au dessin sur son gilet, elle faisait sans doute partie des cavaliers sortant hors des Murs et devait affronter des Titans en plein jour et donc ne pouvait pas s’offrir le luxe de chipoter sur des choses futiles. Se déplacer parmi les Titans en plein jour était de la pure folie, même les Nomades le pensaient et le savaient.

Taharka senti des fourmis dans son bras enchainé et levé vers le haut. Il tira un peu sur la chaîne grimaçant. Cette position était tellement inconfortable. Wah avait vraiment de la chance d’être shifter, il pouvait se débarrasser des chaînes sans problèmes. Puis elles étaient vraiment solides, un métal qui n’avait rien à voir avec ceux que son peuple maîtrisait, à savoir de l’or et du cuivre qui était des métaux trop mous pour ce type d’usage. Quelques rares tribus maîtrisaient le bronze, selon les clans qui se trouvaient le plus éloigné de ces Murs. Mais que valaient leurs paroles, ils n’avaient jamais ramené un seul objet. Le silex et l’obsidienne se cassaient bien trop facilement pour une telle taille. Et ce métal ne ressemblait pas à ceux des équipements que certains guerriers récupéraient après les sorties des cavaliers des Murs. Pourquoi étaient-ils traités ainsi ? Quel avait été leur crime ? D’être différents ? A moins qu’ils soient des prisonniers de guerre … Ils allaient sûrement être sacrifié à une divinité ou servir d’esclaves. Pourtant, rares étaient les tribus qui faisaient des prisonniers. Et généralement, c'était pour faire des sacrifices. Mais ces hommes n’étaient pas des tribus nomades comme eux, ils avaient une autre culture très différente.
avatar
Messages : 23
Age : 22

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 0
Informations:
Pillard nomade & archer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji] Mer 16 Mar - 19:52
Hanji Zoe

Alors qu'elle gesticulait dans tous les sens, pour essayer de faire comprendre au shifter ses intentions avec le tissu, ce dernier n'était toujours pas décidé à bouger de son recoin et la regardait avec une crainte significative. Le dénommé "Talka" prononça quelques mots à son attention, toujours dans ce langage incompréhensible propre à leur culture. Suite à quoi, "Oua" commença à se déshabiller doucement et sans aucune décence. Ce qui ne manqua pas de faire réagir quasi immédiatement les soldats, avec leur ton condescendant. Le jeune shifter se braqua dès qu'ils élevèrent la voix. Il fallait avoir du tact et lui parler calmement pour espérer obtenir sa coopération potentielle. Hanji était furieuse contre les soldats pour cette formidable démonstration de l'idiotie humaine.

 " Et si vous vous la fermiez un peu ?! Vous ne m'aidez pas là ! " 

Hanji n'était pas choquée de la vue que lui "offrait" le jeune homme. Il lui semblait évident qu'il portait les mêmes attributs que les humains, il n'était pas juste un titan, mais un shifter. Mais au moins, elle put quand même confirmer son hypothèse. Car pour la jeune femme, tout reste hypothèse tant qu'elle n'a pas pu obtenir de preuves concrètes de ses avances.

" ᐊᒻᒪᓗ ᐃᓱᒪᒋᓯᒪᓂᒃᑯᑦᓕᔾᔪᑎᖃᕆ, ᐊᖃᓕᕐᑐᑦ, ᐃᒻᒥᖕᓅᖃᑎᒌᒡᓗᑎᒃ ᐅᒃᐱᕐᓂᒃᑎᐊᕆᐊᖃᕐᓂᒃᑯᓪᓗ... "

"Talka" s'adressa à lui encore une fois. Le shifter finit de se changer, en arrachant un morceau du tissu pour l’accommoder à sa taille. Le plus âgé venait donc sans doute de le rassurer, ou de lui dire de continuer. Après quoi, "Oua" retourna irrévocablement dans son recoin, pour s'y tapir de nouveau, se camouflant derrière le reste du tissu. * On n'avance pas des masses avec celui-là...* Hanji soupira de manque d'idée pour tenter une approche plus constructive. Elle pensait que lui offrir son aide, le rendrait plus enclin à un échange, mais non. L'autre individu était peut-être plus à même de répondre à ces interrogations finalement, si tant est que le mot "répondre" soit le plus juste vis-à-vis de la discordance linguistique.

Elle lui jeta un coup d'oeil et il en profita pour lui faire des signes. Hanji plissa les yeux pour décrypter ces derniers. Et de un, le langage des signes était à prendre avec des pincettes, car là aussi il pouvait y avoir des écarts de signification et de deux, à cette distance et dans cette pénombre, notre pauvre scientifique n'y voyait pas grand-chose. *Active ton mode analyse ma chère Hanji. Il me montre "Oua". OK. Ensuite, euh, lui ? Non. Taper ? Uh non certainement pas ça non plus... Prendre ? Non pas prendre… amener ?! Oui ! C'est ça ! *

 " Ok ! Si je veux avoir des résultats, il va falloir faire autrement ! Il faut qu'on mette "Oua" avec "Talka" ! Moblit ! Va falloir que tu m'aides ! " 

" Euh Capitaine, je ne pense pas que cela soit une bonne idée. Nous avons pris soin de les tenir volontairement éloigné l'un de l'autre pour évit- "

 " Excusez-moi ?! Je vous ai donné l'impression de vous demander votre avis ?! Toutes mes excuses, mais... il n'en est rien. Et je me fiche de savoir ce que vous en pensez. Est-ce clair ? Si c'est pour m'importuner sans cesse dans ma tentative de contact, il vaudrait mieux que vous sortiez de cette pièce et que vous retourniez gentiment à vos banales occupations de petit bureaucrate. Et emmenez donc vos chiens-chiens avec vous. Vu qu'ils ne savent pas tenir leur langue, je me passerai de leur futile compagnie. Je sais gérer des titans, je devrai pouvoir m'en sortir avec ces deux hommes. " 

La coupe était un peu trop pleine pour Hanji. Déjà frustrée de guère avancer dans ses démarches, ces abrutis de soldats ne l'aidaient pas du tout. Et leurs promptes interventions l’agaçaient passablement. L'officier offusqué par cet "ordre" tenta de s'y opposer non sans agressivité. Il se fit coupait court dans la seconde par la jeune femme, qui l'empoigna par le revers de sa veste. Moblit, toujours alerte sur les réactions de sa chef, s'avança immédiatement vers cette dernière pour calmer ses ardeurs. Il lui posa la main sur l'épaule, en lui suggérant de lâcher prise car cela aller affecter le comportement des prisonniers à son égard. Il glissa son regard sur l'officier et  les soldats, tout en leur faisant comprendre que c'était dans leurs intérêts de ne pas l'énerver d'avantage et de se contenter d’exécuter sa demande. C'est non sans rechigner, que tout ce beau monde quitta la pièce, avec un dernier avertissement de l'officier, comme quoi il ne serait aucunement être tenu responsable, personnellement ou pour tous autres membres de ce détachement de la Garnison, d'un éventuel incident.

 " Enfin tranquille, on va pouvoir faire à ma manière. Moblit ! " 

Hanji s'approcha de "Oua", talonné par Moblit. Elle baragouina quelques mots à l'attention du jeune shifter, tout en mimant brièvement ses intentions. Elle savait qu'il ne comprendrait rien et qu'il n'en coopérerait pas davantage si c'était quand même le cas. Elle savait aussi que c'était une entreprise risquée, mais actuellement, elle était agacée et sa patience avait certaines limites aussi. Elle indiqua à Moblit quoi faire et de se tenir prêt ! Elle s'excusa par avance du désagrément que cela aller générer au jeune shifter et d'un pas décisif, elle lui agrippa fermement les pieds et le tira du coup sec de son recoin. Moblit accourut immédiatement pour attraper les bras de ce dernier, et ensemble ils traînèrent rapidement le pauvret sur le sol, avant qu'il ne se débatte de trop.

Ce n'était vraiment pas la meilleure chose à faire, non pas du tout, et Hanji le savait. Mais qu'a cela ne tienne, elle s'excuserait auprès d'eux plus tard. Enfin elle essayerait du moins. Ils relâchèrent leur prise dès qu'ils eurent posé les pieds dans la cellule de "Talka". Hanji referma la porte dernière elle et laissa tout le monde reprendre son calme. Le sien en premier. Elle adressa ses excuses en courbant la tête, une main posée sur le cœur. Tant pis s'ils ne comprenaient pas son geste pour l'instant, elle le faisait surtout pour sa conscience. Elle et Moblit se mirent un peu à l'écart pour faire le point sur la situation et parler des futures choses qu'il fallait tenter d'aborder, tout en gardant un œil sur les deux individus.
H-RP:
 

_______________________________

YAHOOOOOO~~ ! Allons attraper des Titans~~ !!
*:.。.o(≧▽≦)o.。.:*

-=≡|| Tous mes petits secrets sont ici ! ||≡=-
avatar
Féminin Messages : 220
Age : 35
Localisation : Si vous voyez Moblit courir et crier, c'est que je ne suis pas loin...
Métier : Capitaine / Chef d'escouade / Gère le pôle Recherches du Bataillon
Humeur : Joviale

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 4 735
Informations:
Chef d'escouade
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji] Ven 18 Mar - 20:40
Taharka
« Ok ! Si je veux avoir des résultats, il va falloir faire autrement ! Il faut qu'on mette "Oua" avec "Talka" ! Moblit ! Va falloir que tu m'aides ! »

Un des hommes qui gardait les deux prisonniers réagit de manière assez négative à la remarque de la femme.

« Euh Capitaine, je ne pense pas que cela soit une bonne idée. Nous avons pris soin de les tenir volontairement éloigné l'un de l'autre pour évit- »


« Excusez-moi ?! Je vous ai donné l'impression de vous demander votre avis ?! Toutes mes excuses, mais... il n'en est rien. Et je me fiche de savoir ce que vous en pensez. Est-ce clair ? Si c'est pour m'importuner sans cesse dans ma tentative de contact, il vaudrait mieux que vous sortiez de cette pièce et que vous retourniez gentiment à vos banales occupations de petit bureaucrate. Et emmenez donc vos chiens-chiens avec vous. Vu qu'ils ne savent pas tenir leur langue, je me passerai de leur futile compagnie. Je sais gérer des titans, je devrai pouvoir m'en sortir avec ces deux hommes."

Cette dernière lui répondit avec autant d’agressivité si ce n’était plus. L’homme en face d’elle tenta de s’y opposer non sans violence, mais elle le remit bien rapidement à sa place l’attrapant par la veste. En tout cas, avec un tel comportement, si on savait pas qui était le patron … Taharka avait l’habitude de femmes ayant de l’autorité, chez les Nomades, ce n’était guère surprenant. Mais celle-ci avait un tempérament vraiment explosif et à côté même Ray’ek, le meilleur guerrier de la tribu qui était assez intimidant ou encore Flish, ce gros tas de muscles débile mais flippant, n’étaient rien. D’ailleurs au vu de cette scène, Taharka tenta de s’écarter dans le fond de la cellule mais ses chaînes l’en empêchaient. En face, Wah était toujours en boule au fond de sa cellule se cachant sous le morceau de tissus. Ce fut l’homme qui était dans la cellule de Taharka qui dut la calmer. Les guerriers aux dessins de roses sur les vêtements finirent par quitter la pièce et le calme revint.

« Enfin tranquille, on va pouvoir faire à ma manière. Moblit ! »

Après cette phrase qui devait sûrement être en rapport avec les guerriers qu’elle avait dégagé, elle retourna dans la cellule de Wah suivit de l’homme qui l’accompagnait. Elle baragouina quelques mots au shifter, mais elle ne risquait pas d’avoir de réponses. Puis sans prévenir, elle attrapa les pieds de Wah et tira d’un coup sec le malheureux du coin où il s’était blotti. Wah surpris essayait de revenir au coin. L’homme attrapa les mains du shifter. Puis ils le trainèrent au sol rapidement en direction de la cellule de Taharka. Wah commençait à se débattre de plus en plus violemment comme un animal piégé. Ils le lâchèrent dans la cellule de Taharka et s’empressèrent de referme la cellule pour pas que le shifter se sauve. De son côté, Wah n’avait pas attendu pour se cacher derrière Taharka respirant nerveusement. La femme s’adressa à Wah silencieusement courbant la tête avec un main posée sur le cœur. Taharka en déduisit un signe de respect de par son expression faciale et son attitude, du moins, c’est ce qu’il avait compris. Il imita donc la femme afin de lui montrer qu’il acceptait les excuses. Bon au moins ils avaient fini par comprendre qu’il valait mieux que le shifter soit avec Taharka. Maintenant, l’homme devait leur faire comprendre qu’ils pourraient difficilement avoir quoique ce soit de Wah car il était incapable de parler. Les guerriers s’étaient mis à l’écart sûrement pour se remettre les idées en place et probablement pour trouver une approche. Taharka profita de cet instant afin de rassurer Wah et qu’il se détende un peu. D’autant que de se mettre derrière lui, le faisait souffrir à cause des chaines. Saletés de chaines tiens !

« Détends toi un peu … T’es avec moi, ça va aller … En plus tu me fais un peu mal …»


Le shifter se bougea un peu, mais restait collé à Taharka. Quand il était enfant il était pareil, mais vu que Wah avait un retard mental, il avait gardé un comportement parfois immature, mais il savait cependant garder son sérieux quand il fallait et cette immaturité était bien plus ténue quand il était sous sa forme de Titan. Taharka hésita un instant avant d’interpeller la femme au sujet de Wah. Bon, le tout était de lui faire comprendre que Wah pouvait pas parler. L’archer fit signe à Wah espérant qu’il se montre coopératif.

« Eh … Pas poser questions à Wah … Wah pas parler … Wah … pas … parler … »


Wah fit mine de vouloir crier mais aucun son ne sorti de sa bouche. Les seuls sont qui produisait n’étaient que des gémissements, rien de très explicite. Peut-être que s’il ne peut pas parler, peut-être qu’ils le laisseront tranquille.
avatar
Messages : 23
Age : 22

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 0
Informations:
Pillard nomade & archer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji] Mar 3 Mai - 22:55
Hanji Zoe

Pendant qu'Hanji et Moblit discutaient de la situation, la scientifique entendit un des deux hommes parler. Elle jeta un œil à la cellule pour décrypter un peu leur comportement, ne pouvant comprendre un mot de ce qu'ils se disaient de toute façon, au moins elle pourrait peut-être en déduire quelque intention de leur part.

Le plus jeune, "Oua", restait littéralement collé à son ainé, Hanji supposa qu'ils devaient être probablement de la même famille, ou se connaître de longue date. En même temps si le shifter servait de monture à l'autre, il fallait bien une certaine relation de confiance et ou liens personnels ! Ça semblait logique après tout. Ne détectant aucune animosité de leur part, la jeune femme retourna son attention à Moblit, quand elle fût de nouveau interrompue. Mais cette fois, "Talka" semblait vouloir s'adresser directement à elle.

" Eh...ᑎᕆᔪ.ᒡᓗᑎ ᐊᔾᔨᐅᖃᑎᒌᒃ Oua... Oua ᑎᕆᔪᓕᒫᑦ ᐃᓅᓚ... Oua... ᑎᕆᔪ... ᓕᒫᑦ ᐃᓅᓚ... "

Hanji regardait son interlocuteur avec attention, n'ayant compris que le nom du shifter dans le lot et ce à trois reprises, ainsi que le réemploie de la même combinaison de mots sur la fin. Elle remarqua soudain que "Oua" voulait lui aussi, vraisemblablement, parler, ouvrant ainsi la bouche comme il le faisait. Mais … rien... pas de mots, mis à part quelques petits bruits presque inaudibles. S'était-il ravisé à parler ? ou bien avait-il peur ? Hanji porta sa main à son menton, essayant de réfléchir à la situation. Au lieu de chercher à décrypter à l'aveugle autant aller "converser" et tâtonner un semblant d'explication un peu plus constructif. Elle entra donc de nouveau dans la cellule, prévenant d'une main tendue en avant, de son intention pacifique. Même s'ils avaient sans doute compris que la jeune femme ne leur voulait aucun mal à ce stade de l'entrevue, il valait mieux la jouer fine et rassurante à outre mesure, plutôt que de générer encore plus de stress inutile. Déjà que d'avoir traîné le jeune shifter avait sans doute était un peu mal perçu, surtout par l'intéressé.

" Prudence Capitaine…"

Elle lança un petit coup d'oeil approbateur à son Lieutenant et s’arrêta à un mètre approximativement des deux hommes. Elle s'assit, jambes croisées et les mains sur ses genoux. Elle les fixa un moment du regard cherchant comment expliquer qu'elle n'avait pas compris sa phrase. Elle mordilla sa lèvre et après un bref moment, elle agita les mains devant elle en les faisant se croiser, pour mimer un signe de "négation" dans le but de faire comprendre ses mots, tout en articulant lentement chacun d'eux.

" Je Suis Désolé, Je N'ai Pas Compris ! Euuuh... "Oua" euuuh … mince ! "Oua" Quoi ? "

Elle désigna la cible de l'interrogation et fit un signe de tête dans l'attente d'une explication. C'était vraiment n'importe quoi cette question "Oua quoi ?" non mais franchement ça méritait une acclamation. La situation en elle même était un peu n'importe quoi depuis le début de toute façon. Une personne voyant cette scène de l'extérieur ne pourrait qu'en rire. Soupirant, ne sachant pas trop comment s'y prendre, elle fixa du regard le poignet  de "Talka" encore lié par les chaînes. Elle fit un signe de main lui indiquant une pause et farfouilla dans ses poches pour en sortir une clef. Toujours une main tendue vers "Talka", elle montra la clef et pointa du doigt la menotte restante. Elle s'approcha alors de celle-ci et la déverrouilla, libérant totalement "Talka". Ce qui ne manqua pas d'affoler "un peu" Moblit, qui commençait à entrer dans la cellule dans des mouvements maladroits et brusques.

" CAPITAINE !! Mais que faites vous !!!?? "

" Calme Moblit ! Tu vas les effrayer à crier comme ça ! S'il avait voulu m'agresser, ça serait déjà fait..."

Elle se retourna face à "Talka" et tenta de reposer sa question à ce dernier. D'une façon un peu plus constructive, mais en restant tout de même simple. Pas trop de mots, toujours accompagnés de gestuelle, le tout calmement. La situation commençait cependant à agacer légèrement Hanji, cette barrière de la langue était vraiment un gros problème et retardait la prise d'informations. Il fallait trouver un moyen de franchir cette étape et d'arriver à se faire comprendre. En temps normal et dans ses locaux, la situation aurait été moins embêtante, car elle aurait eu la possibilité de prendre son temps, mais ici elle n'aurait pas ce loisir. Il fallait tirer rapidement des informations à ces hommes avant que les soldats de la Garnison reviennent à la charge et fassent perdre l'avantage à Hanji.

A peine avait-elle commencé à prononcer ses premiers mots, que la porte grinça. * Et merde...* Deux des soldats de la Garnison entrèrent. Moblit s'avança vers ces derniers voulant leur demander un peu plus de temps seuls et donc de bien vouloir repartir. Mais il s'aperçut qu'ils tenaient là de la nourriture. Deux bols de ragoût, certainement celui de la chèvre récupéré suite à la capture des hommes, qui était à leur arrivée en train de mijoter, ainsi que deux petits pain, le tout servit sur deux plateaux distincts. Il en avertit Hanji qui se leva et les rejoignit. Elle prit un des plateaux remerciant grandement le soldat et ordonna à Moblit de prendre le second. Elle invita les soldats de bien vouloir les laisser seuls de nouveau pendant leur repas, ne voulant pas qu'ils voient ce qu'elle s’apprêtait à faire.

Ceci étant fait, elle regarda les bols et esquissa un sourire à Moblit. Il comprit de suite les intentions de sa Chef et soupira, autant de cette décision que de celle de perdre un succulent repas. Ce n'est pas comme s' ils avaient souvent l'occasion de manger de la viande au Bataillon…  Elle entra dans la cellule avec le plateau, se rassit de nouveau et glissa la nourriture devant "Talka". Moblit l'ayant suivi dans la cellule, s'approcha de son supérieur l'air un peu penaud.

" Capitaine... vous allez quand même pa- "

" Moblit ne pleure pas sur un petit bol de ragoût je te prie ! "

Il soupira de nouveau et s'empressa de faire ce que sa chef attendait de lui. Hanji regarda "Talka" et "Oua" avec un large sourire et mima le fait de manger, bien que cela était très certainement d'une évidence même. Elle prit un des pains, le rompit en deux et croqua à pleine dent dans un des morceaux, donnant l'autre moitié à Moblit, qui prit sa pauvre pitance, tout en lorgnant désespérément sur les bols exaltants leur délicieuse odeur.

La jeune femme laissa les hommes "déguster" leur repas, se doutant qu'ils n'avaient probablement pas mangé depuis leur arrivée ici, si ce n'est quelques bouts de pain rassit et encore. Les prisonniers n'étaient certainement pas les mieux traités, et encore moins les prisonniers étrangers, venant de l’extérieur des murs et se transformant en titan... Une fois fini, elle les laissa se détendre un court laps de temps et reprit "l'interrogatoire" semi-mimé.

" Donc, je disais... Quel Est Le Problème Avec "Oua" ?! "
.
.
.
H-RP:
 

_______________________________

YAHOOOOOO~~ ! Allons attraper des Titans~~ !!
*:.。.o(≧▽≦)o.。.:*

-=≡|| Tous mes petits secrets sont ici ! ||≡=-
avatar
Féminin Messages : 220
Age : 35
Localisation : Si vous voyez Moblit courir et crier, c'est que je ne suis pas loin...
Métier : Capitaine / Chef d'escouade / Gère le pôle Recherches du Bataillon
Humeur : Joviale

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 4 735
Informations:
Chef d'escouade
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji] Sam 4 Juin - 22:55
Taharka
Taharka avait attiré de nouveau l’attention d’Hanji. Espérons cette fois-ci qu’elle allait comprendre. Elle entra de nouveau dans la cellule. Wah se colla contre le mur. L’attitude de la femme montrait qu’elle ne comptait pas les agresser. L’homme qui accompagnait Hanji, était resté en retrait mais il avait peur pour sa camarade. Elle se mit en tailleur à un mètre des deux prisonniers et les fixa un moment et leur fit un signe que Taharka traduisit comme de la négation. Elle avait sûrement rien compris. Elle parlait de de Wah. Mais les autres mots étaient totalement incompréhensibles. Elle pointa du doigt le shifter et fit un signe de tête comme pour demander une réponse. Taharka se mit à réfléchir à la façon de dire à Hanji que Wah ne parlait pas. Taharka regarda un instant Hanji qui regardait vers son poignet attaché. Puis elle fouilla dans ses poches pour sortir une clef. Les Nomades retrouvaient souvent des clefs lors de leurs pillages nocturnes et savaient s’en servir. La femme s’avança vers Taharka qui manifestait une certaine crainte. Si ça se trouve, elle allait rattacher le second bras. Il ne pouvait pas encore lui faire totalement confiance. Mais elle libéra le bras de Taharka. Désormais, il était totalement libre. Il secoua son bras enfin libre histoire de se dégourdir. L’homme qui accompagnait Hanji était affolé de par l’action qu’elle venait de faire. Son comportement manqua d’effrayer Wah qui se réfugia derrière Taharka. La femme s’adressa à son camarade avant de revenir sur Taharka.

Elle allait sûrement reformuler sa question mais ils furent interrompus par un grincement de porte. Deux nouvelles personnes entrèrent. Ils portaient des plateaux avec de la nourriture, rien qu’à l’odeur. Dès lors, l’estomac de Taharka lui fit signifier que ça faisait un moment que l’archer n’avait rien mangé. Wah était aussi affamé. La femme congédia les deux nouveaux arrivants qui disparurent aussi vite qu’ils étaient arrivés. Hanji avait prit les plateaux et entra dans la cellule et les déposa devant Taharka. Elle prit les morceaux de pain et fit signe aux deux Nomades qu’ils pouvaient manger le contenu des bols. Visiblement c’était de la viande cuisinée sous forme de ragoût avec des légumes. Taharka hésita un peu avant d’entamer son repas. Il jeta un œil sur les deux habitants du Mur qui semblaient avoir envie de manger cette viande. A croire qu’ils devaient pas en manger très souvent. Le plat était un peu fade selon Taharka habitué à consommer des plantes sauvages qui avaient bien plus de goût. Mais pas le moment de faire le difficile surtout après ne rien avoir mangé depuis sa capture. D’autant que chez les Nomades refuser un plat et surtout de la viande était considéré comme une insulte envers les cuisiniers, les chasseurs ou éleveur ainsi que l’animal ayant donné sa vie pour nourrir le clan. Wah avait aussi entamé son repas voyant Taharka. Le jeune shifter mangeait avec les doigts et heureusement qu’il ne portait qu’un pagne vu que ce dernier se salissait pas mal et le fait qu’il y avait pas mal de jus n’arrangeait pas les choses.

Taharka finit enfin son repas. Il reposa son bol et sa cuillère sur le plateau. Wah fit de même avec un bol tout propre vu qu’il l’avait léché pour ne pas laisser une miette. Par contre, il y avait des taches de sauce sur le corps du jeune shifter et surtout sur les mains. Taharka leva les yeux vers Hanji et comprit qu’elle attendait une réponse au sujet de Wah. L’homme se remit à réfléchir à la manière de lui faire comprendre que son camarade était incapable de parler. A côté de lui, l’intéressé était en train de se frotter le corps afin d’enlever un peu de sauce.

« Tu as pas une idée toi ? Comment on pourrait leur dire ? »

Le shifter haussa les épaules. Le Nomade soupira étant à cours d’idées. La langue était vraiment un barrage conséquent. Le guerrier traçait nerveusement des traits au sol pour passer ses nerfs afin de mieux réfléchir. Puis il lui vint à l’idée de tenter de dessiner pour tenter de se faire comprendre, le tout en accompagnant de geste. Il dessina un premier personnage tout en montrant Wah du doigt afin de faire signifier que c’est le shifter. Les dessins d’humains et humanoïdes chez les Nomades étaient souvent sous la forme de personnages bâtons grossiers. Pour différencier les humains des Titans, les attributs sexuels des humains étaient donc très marqués à travers ces dessins. Taharka se mit à dessiner un Titan tacheté. Sur les représentations de ces créatures, les oreilles pointues et les antennes étaient très marquées et ils avaient toujours la bouche ouverte. Il montra de nouveau Wah puis son dessin de Titan. Puis il dessina des boucles en face des bouches du personnage et du Titan, chez les Nomades, cela signifiait la parole. Puis il barra les symboles de la parole pour montrer que Wah pouvait pas parler. Maintenant, il devait prier pour qu’Hanji comprenne enfin ce message.
avatar
Messages : 23
Age : 22

Identité du personnage.
Points de vie:
100/100  (100/100)
Thylars: 0
Informations:
Pillard nomade & archer
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji]
Contenu sponsorisé
Prisonniers du Peuple des Murs ... [PV Hanji]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Derriere les murs de Julien Lacombe et Pascal Sid.
» [JEU] G- CAVER : Déplace la balle sans toucher les murs [Gratuit]
» Renover des murs d'interieur
» [Rosnay, Tatiana (de)] La mémoire des murs
» les murs ont la parole

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Attack on Titan - Shingeki no Kyojin :: Jinae-
Sauter vers: